"La saison des fêtes est un moment de détente et de célébration, mais nous ne devons pas relâcher notre vigilance. La célébration peut très vite se transformer en deuil si nous ne prenons pas les bonnes précautions", a déclaré le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, en conférence de presse.

Les personnes vivant dans une région à forte transmission, a-t-il ajouté, doivent examiner "attentivement" leurs projets pour les fêtes de fin d'année afin de garantir la sécurité de tous: "Cela pourrait être le plus beau cadeau que vous puissiez faire, le cadeau de la santé, de la vie, de l'amour, de la joie et de l'espoir".

Nombre de pays européens signalaient vendredi des niveaux "trop élevés" de contaminations au Covid-19 à l'approche de Noël, au moment où l'épidémie flambe plus que jamais aux Etats-Unis.

"Au cours des six dernières semaines, le nombre de décès hebdomadaires a augmenté d'environ 60%", s'est inquiété le chef de l'OMS, en précisant que la plupart des cas et des décès se situent en Europe et sur le continent américain.

A ses côtés, Maria Van Kerkhove, responsable de la gestion de la pandémie à l'OMS, a également souligné les différences régionales.

"La hausse de 60% des décès au cours des six dernières semaines n'est pas uniformément répartie dans le monde", a-t-elle dit, avec une augmentation de près de 100% en Europe, de 54% sur le continent américain, de 50% en Afrique, de 15% dans le Pacifique occidental, de 10% en Méditerranée orientale et de 7,5% en Asie du Sud-Est.

Malgré l'arrivée des vaccins dans certains pays, "le virus est toujours en circulation" et la grande majorité de la population peut encore être infectée, a-t-elle insisté.

"La situation mondiale est encore instable sur le plan épidémiologique", a ajouté pour sa part le responsable des situations d'urgence sanitaire à l'OMS, Michael Ryan, en appelant les pays à augmenter les activités de dépistage.

Pour éviter que les pays les plus riches n'achètent toutes les doses de vaccins qui dans les premiers mois ne seront disponibles qu'en quantités limitées, l'OMS a mis en place un mécanisme qui doit permettre de distribuer équitablement les vaccins et autres traitements éventuels.

"Déjà, près d'un milliard de doses de trois candidats-vaccins ont été obtenues" dans le cadre de ce système auquel participent 189 pays, a expliqué le chef de l'OMS.