Le lancement de cette stratégie mondiale de vaccination intervient alors que, plus d'un an après le début de la pandémie, des perturbations importantes des services de santé essentiels persistent dans environ 90% des pays, selon une enquête de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

"Des millions d'enfants à travers le monde risquent de ne pas recevoir les vaccins de base car la pandémie actuelle menace de réduire à néant deux décennies de progrès en matière de vaccination systématique", a déclaré le directeur exécutif de Gavi (l'Alliance du Vaccin), le Dr Seth Berkley, dans un communiqué.

A l'intérieur des pays, cependant, l'étendue des perturbations a généralement diminué. En 2020 en moyenne, environ la moitié des services de santé essentiels étaient perturbés, alors qu'au cours des trois premiers mois de 2021, ils étaient seulement un peu plus d'un tiers.

La nouvelle stratégie, lancée à l'occasion de la Semaine mondiale de la vaccination 2021, vise à éviter 50 millions de décès dans le monde, dont 75% dans des pays défavorisés, en renforçant les systèmes de vaccination tout au long de la vie.

Maladies infantiles

Le programme vise à atteindre d'ici 2030 une couverture de 90% pour les vaccins essentiels administrés pendant l'enfance et l'adolescence et à réduire de moitié, sur la même période, le nombre d'enfants qui sont totalement privés de vaccins. Le programme vise également à introduire ou réintroduire dans certains pays des nouveaux vaccins ou des vaccins sous-utilisés, comme ceux contre le Covid-19, les rotavirus ou le papillomavirus humain.

"Pour bien se remettre du Covid-19 et lutter contre les futures pandémies, nous devrons veiller à ce que la vaccination de routine soit une priorité tout en nous efforçant d'atteindre les enfants qui ne reçoivent aucun vaccin de routine. Pour ce faire, nous devons travailler ensemble - agences de développement, gouvernements et société civile - afin de garantir qu'aucun enfant ne soit laissé pour compte", a relevé le directeur de Gavi.

L'approvisionnement en vaccins et autres équipements est aussi essentiel pour la vaccination des enfants, mais en raison des perturbations liées à la pandémie, l'Unicef n'a pu livrer qu'un peu plus de 2 milliards de doses de vaccins dans le monde en 2020, contre 2,29 milliards en 2019.

En raison des lacunes dans la couverture vaccinale, de graves flambées de rougeole ont ainsi récemment été signalées dans des pays tels que la République démocratique du Congo, le Pakistan et le Yémen. Et les organisations internationales s'attendent à d'autres épidémies ailleurs.

La situation est d'autant plus préoccupante que "même avant la pandémie, des signes inquiétants indiquaient que nous commencions à perdre du terrain dans la lutte contre les maladies infantiles que l'on peut prévenir, 20 millions d'enfants n'ayant déjà pas reçu de vaccinations essentielles", a signalé la directrice générale de l'Unicef, Henrietta Fore.

"La pandémie n'a fait qu'aggraver une situation déjà mauvaise, faisant que des millions d'enfants supplémentaires ne sont pas vaccinés. Maintenant que l'importance des vaccins est dans tous nos esprits, nous devons maintenir cette énergie pour aider chaque enfant à rattraper son retard en matière de couverture vaccinale contre la rougeole, la polio et autres", a-t-elle ajouté.