Malgré une tendance à la baisse des cas, la majeure partie des pays européens reste "vulnérable" face au Covid-19, a affirmé l'OMS Europe jeudi, mettant en garde contre "un faux sentiment de sécurité" à cause du nombre encore faible de vaccinés. "L'écrasante majorité des pays européens reste vulnérable", a affirmé le directeur Europe de l'OMS, Hans Kluge lors d'une conférence de presse.

"Si nous n'arrêtons pas la transmission maintenant, les bénéfices attendus des vaccinations dans la lutte contre cette pandémie pourraient ne pas être évidents", a insisté le responsable onusien. Pour lui, "à l'heure actuelle, la frontière est mince entre l'espoir d'un vaccin et un faux sentiment de sécurité".


Sur l'ensemble des 53 pays de la région européenne pour l'OMS (dont plusieurs pays d'Asie centrale), le nombre de cas hebdomadaires rapportés dépasse encore le million, mais ce total recule depuis quatre semaines et les décès sont aussi en baisse depuis deux semaines, selon l'organisation onusienne.

Plus symboliquement, le nombre de doses de vaccins administrées dans la région - 41 millions - a aussi dépassé le nombre de cas enregistrés depuis le début de la pandémie - 36 millions.

Les données de l'organisation montrent toutefois que seuls 1,5% de la population dans 29 pays européens a été vaccinée.

Dans l'Union européenne, 2,9% de la population a reçu au moins une dose, selon le comptage de l'AFP jeudi. Au moins 5,83 millions de personnes ont reçu leur deuxième dose, soit 1,3% de la population.

Il importe également que l'accès à la vaccination soit équitable, quelque soit la richesse du pays, a réaffirmé l'OMS.

"L'accès inéquitable aux vaccins peut se retourner contre nous. Plus le virus persiste, plus le risque de mutations dangereuses est grand", a averti M. Kluge.

Dans l'ensemble de la région, 38 pays ont enregistré des cas liés à la nouvelle souche dite britannique et 19 nations des cas provenant de la souche sud-africaine, selon les dernières données.