Le niveau de risque lié au nouveau coronavirus au sein de l'Union européenne a été relevé à "modéré à élevé", a indiqué lundi le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies.

Le Centre européen de prévention et contrôle des maladies (CEPCM), qui évalue continuellement les niveaux de risque liés au coronavirus Covid-19, estime désormais que la propagation de ce virus représente un risque "modéré à élevé" pour les citoyens de l'UE et du Royaume-Uni, communique-t-il lundi. Le risque est ainsi relevé d'un petit cran, alors que le compteur affichait provisoirement lundi matin 2.100 cas confirmés en Europe, à travers 18 Etats membres, pour 38 décès, comme l'a rappelé la commissaire européenne en charge de la Santé publique, Stella Kyriakides. Dans son évaluation, le Centre européen de prévention et contrôle des maladies constate que l'on a identifié une chaîne de transmission claire du virus chez la plupart des personnes contaminées en Europe, en dehors de certaines régions italiennes. Parallèlement, d'autres cas se multiplient cependant pour lesquels on ne sait pas comment le Covid-19 les a atteints. Le virus continue également de voyager entre Etats membres, ce qui fait que la probabilité de voir la transmission du Covid-19 se poursuivre au sein de l'UE et du Royaume-Uni est "élevée", prévient le Centre.

Les analyses des cas connus montrent que seuls 8% des personnes atteintes développent une forme "critique" de maladie. Ce sont surtout les personnes âgées ou présentant d'autres affections chroniques qui sont dans ce cas.

Si le risque sur le plan sanitaire est bien réel, la commissaire chypriote Kyriakides a encore appelé lundi midi, au nom de la Commission européenne, à "ne pas céder à la panique". La commissaire a envoyé un courrier aux Etats membres la semaine dernière, demandant à chacun de s'assurer de son niveau de "préparation" face au virus, avec par exemple du personnel médical dans les aéroports, le cas échéant.

Un groupe consacré à la problématique des frontières a été créé, qui discutera toutes les semaines par vidéoconférence, a pour sa part annoncé la commissaire aux affaires intérieures Ylva Johansson. Des représentants des Etats membres, des Etats Schengen associés et de Frontex y échangeront, mais il n'est pas prévu pour le moment de rétablir des contrôles sysématiques aux frontières internes de l'espace Schengen, a-t-elle rappelé.

Coordination et échange d'informations semblent ainsi être les maîtres mots au niveau de l'Union, qui n'a pas imposé de mesures communes de réponse au coronavirus à ses Etats membres.

Pour apporter des réponses aux citoyens, la Commission européenne a lancé lundi une page web rassemblant les actions de ce qu'elle appelle désormais son "Corona response team", soit les cinq commissaires dont les champs d'action sont touchés par le Covid-19. Le site renvoie aussi aux conseils de voyage des Etats membres et rappelle les droits des passagers, entre autres. La Commission estime d'ailleurs "crucial de maintenir autant que possible la mobilité des citoyens", a indiqué lundi la commissaire en charge du Transport, la Roumaine Adina Valean.