Et de trois. Après les accès aux vaccins, toujours en cours de développement, développés par AstraZeneca-Oxford et Johnson & Johnson, voici que la Belgique s'assure d'une troisième source d'approvisionnement en vaccins anti-Covid.

Notre pays se joint en effet à l'accord d'achat européen sur le vaccin contre le coronavirus développé par Pfizer et BioNTech, dont il a été communiqué, aujourd'hui même, qu'il était efficace à 95% contre le virus (contre 90%, comme initialement communiqué). C'est le ministre flamand de la Santé Wouter Beke (CD&V) qui a officialisé la nouvelle, au Parlement flamand. La Conférence interministérielle (CIM) Santé publique a donné son feu vert à l'opération.

"Si ce vaccin obtient une autorisation de mise sur le marché, la Belgique l'achètera", a indiqué la CIM dans un communiqué, rappelant que c'est la Commission européenne qui mène les négociations au nom des États membres pour les procédures d'achat de vaccins contre le Covid-19, et soumet les contrats aux États membres. En Belgique, le comité consultatif chargé de l'analyse des dossiers d'achat a donné un avis positif pour le candidat vaccin de Pfizer et BioNTech. La Conférence interministérielle (CIM) a suivi mercredi ce conseil.

Pour ce qui est de la diffusion en Europe du vaccin américain et allemand de Pfizer et BioNTEch, le contrat concerne l'achat de 448 millions de doses à distribuer en fonction de la taille de la population des États membres intéressés. Pour la Belgique, on peut l'estimer à environ 5 millions de doses. Pour rappel, le vaccin développé par Pfizer doit s'administrer en deux doses.

Si le candidat vaccin russe Spoutnik V affiche à ce stade un pourcentage d'efficacité de 92%, que ceux de Moderna et de Pfizer s'affichent respectivement à 94,5% et 95%, rappelons qu'à ce stade, Johnson & Johnson et AstraZeneca-Oxford n'ont pas encore communiqué leurs conclusions chiffrées.

S'il convient de rester prudent (les études et essais ne sont pas encore terminés), les pourcentages d'efficacité très élevés contre la maladie avancés jusqu'ici par les différentes firmes pharmaceutiques sont porteurs d'espoirs "incroyables" dans l'histoire de la vaccination. Après la validation définitive de ces candidats vaccins par les autorités sanitaires, deux défis de taille se dresseront devant elles. Primo, un défi logistique afin de réussir la plus grande campagne de vaccination mondiale jamais orchestrée. Secundo, il s'agira de convaincre la population, dont une part significative fait preuve de défiance envers des vaccins développés en un temps record.