Après avoir connu plusieurs semaines d’accalmie, tous les indicateurs repartent à la hausse en Belgique. La question se pose donc: sommes-nous en train d'assister aux prémices d'une troisième vague de Covid-19 ? Si Alexander De Croo a affirmé que rien n'était encore joué et que les Belges pouvaient toujours changer la donne, le médecin urgentiste, Geert Meyfroidt (UZ Leuven), a quant à lui estimé que la troisième vague était bel et bien là. "Tout ce que nous pouvons faire actuellement, c'est tenter de la contenir au mieux en réduisant le plus possible sa taille", a-t-il ajouté à "De Zevende Dag" sur la VRT.

Il a écarté le scénario évoqué par les autorités selon lequel les vacances qui ont débuté ce lundi pourraient permettre à la Belgique de réinverser la tendance. "Nous savons déjà que nous assisterons à une hausse à l'issue des vacances, c'est inévitable et nous devrons décider si nous intervenons ou non", a-t-il argué. Mais, pour éviter une augmentation exponentielle comme lors des deux précédentes vagues, Geert Meyfroids a jugé qu'il faudrait agir et ce, rapidement. "Plus l'on interviendra vite, au mieux nous pourrons y faire face", a-t-il insisté. 

Revenant sur les facteurs qui ont mené notre pays à cette troisième vague, l'expert en a pointé trois: "L'enseignement a joué un rôle, mais également les voyages et la motivation des gens face au respect des mesures". 

Si les écoles ferment leurs portes pendant les vacances, les voyages risquent quant à eux d'être plus nombreux. L'intensiviste a dès lors regretté que le Comité de concertation ait décidé de simplement les "déconseiller", plutôt que de tout bonnement les interdire. Mais le point le plus important reste, selon lui, la motivation des Belges à l'égard des mesures. Et, à ce niveau, la tendance semble s'inverser. "Les gens qui prévoyaient de ne pas respecter les mesures pendant les vacances disent maintenant qu'ils suivront les règles, Aidez-nous", a conclu le médecin, évoquant le cas de Thanksgiving au Canada et aux Etats-Unis