Phase 2 ? Phase 3 pour la Belgique ? La décision est tombée, lundi en fin d’après-midi, à l’issue de la réunion du comité de concertation qui s’est tenue sous la présidence de la Première ministre, Sophie Wilmès.

Objectif : procéder à une évaluation précise de la situation en Belgique en ce qui concerne le Covid-19. Résultat : "Il a été confirmé - conformément à l’analyse faite par le Risk Management Group (RMG) - que la Belgique restait en phase 2 du plan de gestion de risque du SPF Santé publique", peut-on lire dans le communiqué.

Cela dit, si les mesures d’endiguement sont toujours d’application, à celles-ci s’ajoutent des mesures supplémentaires dites de distanciation sociale préparées par le RMG. Elles seront discutées lors du Conseil national de sécurité de ce mardi 10 mars, en présence des ministres-Présidents. En attendant, il a été également demandé au Risk Management Group de "coordonner le plan d’action et de prévention renforcé pour les personnes fragilisées qui représentent des groupes à risque". Dans cette optique, le comité de concertation a pris connaissance des recommandations faites quant à la priorisation des tests et au développement de l’offre des laboratoires aptes à mener ces examens.

Vers un scénario à l’italienne ?

Lundi en début d’après-midi, les différents ministres s’étaient déjà réunis pour faire le point sur la propagation du coronavirus. "Nous devons nous préparer à une éventuelle prochaine phase, comme en Italie", a déclaré Maggie De Block (Open VLD). La ministre de la Santé wallonne, Christie Morreale (PS), a, quant à elle, pointé un problème lié au dépistage: "Il existe quatre réactifs pour procéder aux dépistages et, d’après mes informations, l’un d’entre eux est manquant. Pas les trois autres", a-t-elle expliqué.

Par ailleurs, comme l’avait annoncé Maggie De Block à La Libre, ce week-end, le gouvernement fédéral a confirmé qu’un marché public a été attribué pour l’achat de masques chirurgicaux et FFP2. Un plan de répartition de ces masques entre les différentes entités du pays est en cours d’élaboration.

Avec le soutien des entités fédérées, la Première ministre, Sophie Wilmès, - en concertation avec ses homologues du Benelux - plaidera pour le maintien de la libre circulation des produits médicaux au sein de l’Union européenne.

Trente-neuf nouveaux cas dimanche

Quant au bilan journalier, 39 était le chiffre du jour, lundi, pour le nombre de nouveaux cas d’infection au coronavirus détectés en Belgique dimanche, sur 334 échantillons analysés. Ce qui porte le nombre total à 239 cas, dont 22 nouveaux cas en Flandre, 7 à Bruxelles et 10 en Wallonie. "Actuellement, on constate un début de circulation de Covid-19 auprès de la population belge, mais qui reste limitée. Étant donné que les personnes revenues d’Italie résident un peu partout en Belgique, cette circulation locale est effective à différents endroits du territoire", souligne le service public.

Entre autres mesures pour faire face à l’évolution de la situation, le collège de médecine générale a notamment proposé la prise en charge des patients par téléphone uniquement, et ce dans le but de protéger les soignants afin de traiter les nombreuses demandes. Ensuite, tout patient qui présente un des symptômes d’infection respiratoire aiguë (toux, rhinite, fièvre, etc.) doit être mis en quarantaine à son domicile. À l’heure actuelle, les cas bénins ne sont plus testés mais uniquement les cas hospitaliers. Si son état inquiète d’emblée à l’interrogatoire préliminaire à l’examen, ce patient doit être hospitalisé.

Pour ce qui concerne les laboratoires belges aptes à procéder aux tests de coronavirus, la liste a été officiellement communiquée. Ils sont à présent au nombre de neuf. À présent, le diagnostic moléculaire du Covid-19 peut en effet être posé non seulement par la KU Leuven, mais aussi par l’Universiteit Ziekenhuis Antwerpen (UZA), le laboratoire d’analyse médicale AML, également à Anvers, l’Universiteit Ziekenhuis Gent (UZ Gent), Onze-Lieve-Vrouwziekenhuis à Alost (OLVZ Aalst), l’Algemene ziekenhuis Sint Jan à Bruges (AZ Sint Jan Brugge), les Cliniques universitaires Saint-Luc à Bruxelles, le CHU-UCL Namur à Mont-Godinne et le CHU de Liège. Les échantillons positifs seront cependant envoyés au centre national de référence pour confirmation. Cette liste de laboratoires devrait évoluer. Elle fera effectivement l’objet d’une mise à jour régulière.