Le cannabis est soumis à la Convention unique sur les stupéfiants de 1961 et était, jusqu'ici, inclus dans une catégorie permettant son interdiction pour cause de "propriétés particulièrement dangereuses". Cette modification, sur base d'une recommandation de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), a été soutenue par 27 États contre 25. Un État s'est abstenu.

Ceci ne constitue pas une légalisation du cannabis, qui reste parmi les substances "hautement addictives et susceptibles de faire l'objet d'abus", ce qui signifie que sa production et sa commercialisation restent réservées aux usages scientifiques et médicaux selon la loi internationale.