Le vaccin est perçu comme plus dangereux que sûr en Allemagne, France, Espagne et Italie, indique cette étude réalisée entre le 12 et 18 mars, mais qui ne comporte pas de données belges.

Son utilisation avait été suspendue dans plusieurs pays par crainte qu'il provoque des caillots sanguins, parfois mortels. Jeudi, l'Agence européenne des médicaments (EMA) l'a jugé "sûr et efficace" et l'utilisation du vaccin a repris dans plusieurs pays, mais l'impact sur l'opinion publique s'est fait sentir, souligne YouGov.

"Non seulement nous avons constaté une augmentation considérable du nombre de personnes qui le jugent dangereux au cours des deux dernières semaines en Europe, mais le vaccin AstraZeneca continue d'être considéré comme nettement moins sûr que ceux de Pfizer et Moderna", a commenté Matt Smith, datajournaliste à YouGov dans un communiqué.

"Avec une troisième vague d'infections potentiellement émergente de l'autre côté de la Manche (sur le continent, ndlr), les autorités s'inquièteront (de savoir) si les disputes en cours au sujet du vaccin d'AstraZeneca nuiront à son déploiement", a-t-il poursuivi.

En France, la méfiance envers le vaccin d'AstraZeneca s'est fortement accrue: 61% des personnes qui ont répondu jugent qu'il n'est pas sûr (+18 points par rapport à une étude réalisée en février), contre seulement 23% qui le jugent sûr. En Allemagne, 55% des sondés le jugent dangereux (+15).

En Italie et en Espagne, où une majorité des sondés jugeaient auparavant le vaccin sûr, (respectivement 54% et 59%), ces chiffres ont chuté à 36% et 38%, des chiffres inférieurs à ceux qui l'estiment "non sûr". Au Royaume-Uni, à l'inverse, plus de trois quarts des sondés ont confiance dans le vaccin du groupe suédo-britannique même si ce pourcentage s'est légèrement érodé, passant à 77% (-4).

En Suède, davantage de gens considèrent le vaccin AstraZeneca comme étant sûr (43%) que comme ne l'étant pas (34%) tandis que les Danois sont partagés (42% et 42%).

La confiance dans la sûreté des vaccins de Pfizer et Moderna n'a, elle, pas changé.

L'étude a été menée auprès de 1.672 adultes britanniques, 2.024 adultes allemands, 1.022 adultes français, 1.016 adultes italiens, 1.050 adultes espagnols, 1.004 adultes danois et 1.017 adultes suédois.