Ce n'est un secret pour personne, le Brésil est particulièrement touché par l'épidémie de Covid. Dans le journal Le Monde, un médecin de renom n'hésitait d'ailleurs pas à affirmer que "l'épidémie était hors de contrôle" dans le pays, qui s'est transformé en véritable "usine à variants". A travers le Brésil, 337.000 personnes sont déjà mortes du Covid. Et les chiffres ne semblent pas vouloir baisser. Dans les hôpitaux, médecins et infirmier(ère)s font de leur mieux pour prendre soin des patients, mais ce n'est pas toujours facile.

Pour apporter un peu de réconfort aux patients les plus seuls, une infirmière a toutefois imaginé une astuce toute simple mais très efficace. Dans G1 Globo, la professionnelle de santé explique avoir eu l'idée de remplir deux ballons d'eau tiède et de les assembler autour de la main du patient. "Nous avons décidé de faire cela pour lui donner l'impression que quelqu'un lui prenait la main, mais également pour réchauffer les extrémités qui étaient très froides en raison de l'intubation et d'une mauvaise circulation", souligne l'infirmière Semei Araújo Cunha. Comme l'explique Slate.fr qui a repéré l'article, le but est donc à la fois de recréer un contact humain pour les malades "parfois séparés depuis longtemps de leurs proches", mais est aussi médical.


"Triste pour tout le monde"

"C'est très triste pour tout le monde. Les patients sont hospitalisés, intubés, sans avoir de contact avec personne. On ne leur parle plus qu'à distance, par téléphone portable ou appel vidéo. Mais sans visite, les patients deviennent vulnérables. Qu'on le veuille ou non, ces gants aident les personnes qui se sentent seules car cette maladie est très déprimante", explique la jeune femme qui veut alerter sur la sensation de solitude que peuvent ressentir certains malades.

"Laisser son coeur parler"

Si cette technique, qualifiée de "main de Dieu" par un journaliste, n'est utilisée que dans quelques cas, elle semble faire ses preuves. Et pour cause, ce n'est pas la première fois qu'elle est utilisée. L'astuce provient en réalité d'une autre infirmière brésilienne qui avait élaboré ce procédé pour pouvoir récolter des données sur un patient, dont la main était trop froide pour les tests classiques. Grâce à ce gant, elle avait réussi à lui réchauffer suffisamment la main pour permettre d'effectuer les mesures qui devaient être prises.

"Tout cela, on le fait pour le confort du patient", résume Semei Araújo Cunha. "Il ne suffit pas d'être professionnel, il faut aussi être humain et empathique. Laisser son coeur parler, c'est bien." Malheureusement, les hôpitaux sont tellement débordés que de nombreux malades attendent toujours d'avoir un lit dans l'un des établissements du pays.