Selon l'agence de presse chinoise Xinhua, un cas de peste bubonique aurait été découvert dans une ville située ou nord-ouest de Pékin, en Mongolie-Intérieure.

Après ce cas présumé signalé dimanche, les autorités locales ont émis une alerte afin de prévenir une possible contamination au sein de la ville. Celle-ci devrait rester en vigueur jusqu'à la fin de l'année selon Xinhua. Les autorités locales ont demandé aux habitants de la ville de Bayannur de rester sur leurs gardes et ont mis en place plusieurs mesures de précaution afin de minimiser le risque de transmission interhumaine et d'éviter de chasser ou de manger des animaux qui pourraient causer l'infection.

Selon CNN, les autorités locales auraient déclaré au journal China Daily qu'il existait bel et bien "un risque d'épidémie de peste humaine qui se propage dans la ville". Les autorités ont également insisté sur le fait que "le public devrait améliorer sa capacité d'autoprotection, et signaler rapidement les conditions sanitaires anormales".

Le quotidien russe Moskovski Komsomolets rapporte également qu'une région du nord-ouest de la Mongolie a également été placée en quarantaine pour cause de présence de peste bubonique, selon les découvertes du Centre national d'étude des infections zoonotiques de Mongolie.

Une maladie du Moyen Âge ?

La peste, causée par des bactéries, se transmet par le biais de morsures de puces ou d'animaux infectés. C'est l'une des infections bactériennes les plus mortelles : au Moyen Âge, elle aurait tué environ 50 millions de personnes en Europe. La peste bubonique, qui est l'une des trois formes connues de la peste, peut provoquer plusieurs symptômes comme de la toux, de la fièvre ainsi que des gonflements et des douleurs aux ganglions lymphatiques.

Cette fois, l'animal en cause ne serait autre que la marmotte, parfois chassée pour sa fourrure mais dont la viande est également consommée dans la région. En 1911, la marmotte aurait déjà causé une épidémie de peste pneumonique tuant 63 000 personnes dans le nord-est de la Chine.

Selon l'OMS, 3248 cas de peste ont été enregistrés dans le monde entre 2010 et 2015, dont 584 mortels. Lorsque la maladie est diagnostiquée à temps, les antibiotiques et le traitement symptomatique sont efficaces pour la guérir.