Une suspension qui laisse des traces. Après que plusieurs cas de thrombose (caillots de sang) aient été signalés suite à l'injection du vaccin AstraZeneca, le Danemark avait annoncé suspendre son utilisation la semaine dernière. Douze autres pays européens ont ensuite suivi par mesure de précaution. 

Dans un avis rendu ce jeudi, l'agence européenne des médicaments a assuré que le vaccin restait "sûr et efficace". Le risque d'augmentation d'incidents thromboemboliques dû à son utilisation n'a pas été prouvé. Plusieurs pays, comme l'Italie, la France ou Allemagne, ont dans la foulée annoncé reprendre la vaccination avec l'AstraZeneca.

Mais cette courte suspension semble avoir eu des conséquences sur la méfiance vaccinale dans plusieurs pays, comme le montre une étude danoise, qui n'a pas encore fait l'objet d'un examen par les pairs. Des chercheurs du département de Science politique de l'Université d'Aarhus, à Copenhague, se sont demandés si la suspension temporaire du vaccin AstraZeneca avait augmenté la méfiance de la population à l'égard des vaccins en général.

Les chercheurs ont tracé l'impact de la décision danoise, en comparant le niveau d'acception du vaccin entre le 10 et 16 mars dans huit pays (le 10 mars étant la date à laquelle le Danemark a décidé de suspendre le vaccin) : Danemark, France, Allemagne, Italie, Suède, Hongrie, Royaume-Uni et Etats-Unis.

En posant la question - "Si les autorités sanitaires conseillent à des gens comme moi de se faire vacciner contre le coronavirus, suivrai-je leurs conseils?" -, ils ont constaté que le niveau d'acceptation du vaccin avait baissé de 5% en moyenne, entre le 10 et le 16 mars, pour chaque pays de l'étude ayant interrompu le vaccin AstraZeneca. L'Italie et la France sont les pays où la confiance envers les vaccins s'est le plus érodée. 

Dans les pays ayant suivi le Danemark, la décision danoise a eu deux effets. D'abord une baisse de 8% en moyenne du niveau d'acceptation du vaccin, suite à la seule décision danoise. Puis les autorités nationales ayant à leur tour suspendu AstraZeneca, le niveau d'acceptation général du vaccin a à nouveau chuté de 6% supplémentaire en moyenne. En revanche, dans les pays qui n'ont pas suspendu son utilisation (Royaume-Uni, Etats-Unis et Hongrie), le niveau de méfiance envers la vaccination n'a pas augmenté.