Le biostatisticien belge Geert Molenberghs affirme auprès de nos confrères du Nieuwsblad que le confinement a permis de sauver des milliers de vies en Belgique.

Il s'explique: " Grâce à de précédentes études, on sait évaluer le nombre de Belges qui ont été contaminés par le virus. Il est aux alentours de 10 % de la population. Et le virus nous a coûté environ 10.000 vies ".

Dès lors, selon lui, si nous avions laissé l'épidémie se propager, c'est-à-dire sans confinement et sans règles, nous aurions atteint un taux de contamination de 60% de la population. Il s'agit du plafond au-delà duquel une épidémie commence à disparaître: " Le calcul est vite fait, cela aurait fait 60.000 morts en Belgique ", assure-t-il.

Il soutient même que la crise aurait pu être bien plus désastreuse à cause du manque de lits dans les hôpitaux. Le nombre de décès aurait pu ainsi grimper jusqu'à 250 000 dans le pire des scénarios.

Pour appuyer ses dires, il se base sur une étude réalisée par des chercheurs de l’Imperial College London qui confirme que le confinement dans les pays d'Europe a permis d'éviter une véritable catastrophe: " Il suffit de comparer avec ce qui a été fait à New York. Ils ont 21.000 morts sur une population de 8,5 millions de personnes. C’est trois fois plus que chez nous. C’est arrivé car ils ont commencé leur confinement trop tard ."

Enfin, le spécialiste maintient également que la méthode de comptabilisation des décès en Belgique est la plus adaptée: " La surmortalité ne ment pas. Et ça, ce sont des chiffres que nous connaissons, et ça correspond aux décès liés au coronavirus ".

Une comparaison fragile

La comparaison des situations de New York et de la Belgique avancée par Geert Molenberghs semble toutefois quelque peu réductrice. En effet, la Grosse Pomme est la ville la plus densément peuplée des États-Unis. 11 000 habitants par km², rappelle le New York Times, contre environ 373 habitants au km² pour la Belgique.

Dès lors, le coronavirus profitant de la promiscuité et des contacts entre les personnes pour se propager, il est hautement probable que même avec un confinement anticipé à New York, la ville aurait été plus touchée que la Belgique.