D’après une enquête menée par Viata, 35 % des Belges ont pris du poids, et 12 % plus de deux kilos.

Depuis plus d’un mois, notre pays a changé de visage. Les rues sont désertes et un calme pour le moins inhabituel règne dans les villes. Adieu les activités récréatives, sportives, culturelles, folkloriques, qu’elles soient privées ou publiques.

Après ces quelques semaines confinées à la maison, on peut se demander à quel point le lockdown a impacté l’état de santé physique et moral des Belges. C’est la question que s’est posée la pharmacie en ligne Viata, qui vient d’examiner les effets d’un mois de confinement sur notre vitalité.

Premier constat flagrant, leurs pharmaciens assistants sont submergés de questions sur la manière de renforcer nos défenses et notre énergie, diminuer le stress et perdre du poids. On y vend d’ailleurs près de 15 fois plus de compléments alimentaires pour augmenter la résistance qu’à la même période l’année dernière. De plus, d’après une enquête réalisée par Viata auprès de 1 000 Belges, on apprend que pas moins de 35 % d’entre eux ont pris du poids, et 12 % plus de deux kilos.

Plus de pâtes, de riz et de plats à emporter

Et d’après l’enquête, c’est surtout notre alimentation qui se retrouve chamboulée par les mesures prises contre le coronavirus. Nous mangeons et grignotons en effet bien plus qu’avant le confinement. C’est notamment le cas chez les femmes (30 % mangent plus et 35 % grignotent plus) et chez les jeunes de moins de 35 ans (avec respectivement 38 % et 42 %).

28 % indiquent également avoir des difficultés à conserver une alimentation saine en ce moment, les menus étant très différents d’avant la période du coronavirus.

Nous mangeons en effet davantage de pâtes et de riz (9 %), de snacks congelés (4 %), de plats tout prêts (3 %) et de plats à emporter (3 %), de conserves (5 %) et moins de légumes frais (7 %). C’est surtout le cas chez les jeunes. La raison ? Les possibilités de faire du sport sont réduites et nous exerçons moins d’activités sportives (34 %). Cela concerne même 4 personnes sur 10 chez les plus de 55 ans. De nouveau, c’est principalement parce que nous voulons aller dehors le moins possible, parce que nous n’en avons simplement pas envie (36 %) et que les salles de sport sont fermées (34 %).

© D.R.