La situation épidémiologique reste précaire en Europe, tandis que plusieurs pays ont entamé leur déconfinement. La France, qui a rouvert ses écoles maternelles et primaires ce lundi 26 avril, a enregistré plus de 24.000 nouveaux cas ces dernières 24 heures. Un peu moins de 6.000 patients se trouvent toujours en réanimation dans l'Hexagone. C'est dans ce contexte qu'un médecin a tiré la sonnette d'alarme ces derniers jours. Estimant que la vaccination était la véritable arme pour sortir de cette pandémie, le docteur Patrick Volgt a déploré devoir jeter de précieuses doses en raison de certains refus de la population.

C'est plus précisément le vaccin AstraZeneca, dont l'administration a été suspendue pendant un certain temps dans le pays avant d'être réservée aux personnes de plus de 55 ans, qui fait l'objet de ce "rejet". Dans une vidéo, le médecin établi à Mulhouse (Haut-Rhin) a ainsi pointé le gaspillage qui résulte des doutes émis au sujet du vaccin. "Ce flacon a été entamé lundi, on est maintenant mercredi après-midi. J'ai réussi durant les trois jours de vaccination à faire 6 doses de vaccin. Toutes les autres personnes ont refusé le vaccin. Ce vaccin est à présent périmé, je suis obligé de le jeter", a vilipendé le généraliste.

Des vaccins jetés à la poubelle en pleine pandémie

Interrogé par BFMTV, le soignant a regretté que les autorités n'aient pas davantage rassuré la population et insisté quant à la balance bénéfice-risque. "Il faut argumenter sérieusement, scientifiquement, en disant: 'On a des outils intéressants, importants pour lutter contre ce Covid, il faut nous en servir, absolument'. C'est un outil majeur, on ne fait que repousser une échéance", a-t-il ajouté, faisant référence à la fin de la pandémie. "Cela risque de faire perdurer l'épidémie pendant des mois et des mois encore."

Revenant sur les cas de thrombose liés au vaccin, Patrick Volgt a estimé qu'il s'agissait d'un "tout petit risque par rapport à la réalité du Covid". "On risque quoi à l'échelon d'un département ? 3-4 cas de thrombose, un cas de décès ? Je crois qu'il faut arrêter d'être dans l'émotion", a-t-il asséné, ulcéré "de jeter des vaccins à la poubelle en pleine pandémie".