Pfizer a fait savoir vendredi qu'elle allait devoir ralentir temporairement ses livraisons vers les pays européens. La Belgique, par exemple, ne recevrait que 60.000 doses du vaccin anti-Covid au lieu des 100.000 prévues. Cette annonce avait suscité de vives critiques, notamment de la part du Premier ministre Alexander De Croo. Mais samedi soir, il a été confirmé que Pfizer délivrerait finalement 86.500 doses

Selon M. Van De Sompel, cité dans la version néerlandaise de Belga, Pfizer peut temporairement livrer moins de doses car l'entreprise va augmenter considérablement sa capacité de production. "Nous sommes plus que jamais un facteur fiable dans cette histoire. Depuis le début, nous avons travaillé jour et nuit pour que nos vaccins soient livrés à temps", assure le directeur.

Il fait remarquer qu'il y a eu une "mauvaise interprétation" d'un grand nombre de chiffres qui ont circulé ces derniers jours. Il reconnaît également que la communication aurait pu être plus fluide. "J'aurais aimé être informé un peu plus tôt afin de pouvoir prévenir les autorités plus tôt.

M. Van De Sompel souligne que la Commission européenne a commandé 400 millions de doses supplémentaires en quelques semaines seulement. "Nous ne pouvons pas nous contenter de tourner un bouton pour que d'autres vaccins sortent du tapis roulant. Il s'agit d'un petit retard pour pouvoir aller plus vite ensuite".

L'exécutif assure que Pfizer distribuera 1,3 million de doses d'ici la fin mars. Jusqu'à vendredi, 270 000 ont déjà été livrés. Au deuxième trimestre, elle prévoit d'augmenter sensiblement sa production.