Alors qu'il était descendu à 0,6, le taux de contamination actuel en Belgique est de 0,8. Pas de quoi paniquer, contextualise toutefois le virologue Steven Van Gucht.

En plus du suivi du nombre de décès et des hospitalisations, un autre chiffre est important dans l'évaluation de la crise actuelle et de la stratégie à adopter concernant le déconfinement : celui du taux de contamination. C'est en gardant ce taux de contamination au plus bas possible que les infections et donc les hospitalisations vont continuer à diminuer. A titre de comparaison, le taux de contamination était aussi de 0,8 le 17 avril dernier.

Si le taux d'infection dépasse 1, c'est une mauvaise nouvelle, car le virus peut alors se propager de façon exponentielle : un taux de 1 signifie qu'une personne contaminée en contamine une autre. Un tax de 0,8 signifie que 10 personnes contaminées propagent le virus à huit autres. Il est aisé de comprendre qu'il faut donc que ce marqueur soit le plus faible possible. Steven Van Gucht a commenté cette augmentation récente au micro de VTM. Sans céder à la panique : "Le taux de contamination est encore bien en dessous de 1 et rien n'indique qu'il continue de monter vers 1 ou au-dessus de 1."

Toujours selon Van Gucht, cela n'a rien à voir avec le déconfinement récent: "Nous ne pourrons pas voir les conséquences, ou non-conséquences, des nouvelles mesures avant la semaine prochaine ou dans deux semaines. Les chiffres sont très favorables pour le moment, mais nous surfons toujours sur les effets du confinement strict des dernières semaines".

© AFP