Selon l'AFMPS, AstraZeneca passera à l'étape suivante fin septembre et demandera alors l'autorisation de mise sur le marché.

"Les résultats des premiers essais cliniques ont appuyé l'évaluation de ce vaccin en phase 3 des essais cliniques", a indiqué l'AFMPS qui souligne qu'un vaccin en phase 3 peut toutefois être recalé en raison d'un manque d'efficacité prouvé ou de problèmes de sécurité imprévus. Un comité consultatif a été mis en place au sein de l'Agence des médicaments pour conseiller les autorités politiques belges en matière d'achat de vaccins contre le coronavirus. 

Il examinera chaque dossier transmis par la Commission européenne en vue d'un éventuel achat et évaluera les vaccins destinés à lutter contre le coronavirus en fonction des critères établis. Un premier dossier, celui de la société pharmaceutique AstraZeneca, a été remis le 17 août et l'achat a déjà été approuvé. Toutefois, cette procédure consultative relative aux achats est indépendante de l'octroi de l'autorisation de mise sur le marché d'un vaccin. Cela reste une compétence de l'Agence européenne des médicaments (EMA), en collaboration avec les autorités nationales compétentes, a précisé l'AFMPS.

 "L'EMA, en partenariat avec les différentes autorités nationales du médicament, dont l'AFMPS, surveillera de près la sécurité et l'efficacité des vaccins Covid-19. Les entreprises qui ont obtenu une autorisation de mise sur le marché devront également réaliser une étude de suivi post-commercialisation", a-t-elle ajouté. Si aucune autorisation de mise sur le marché n'est accordée par l'EMA pour le vaccin en question, le contrat sera résilié. Il n'existe actuellement aucun vaccin contre le Covid-19 autorisé par l'Agence européenne des médicaments. Selon l'AFMPS, un tel vaccin sera disponible dans le meilleur des cas à la fin de 2020 ou au début de 2021.