Le virologue Emmanuel André a fait part aux autres membres de la cellule de coordination interfédérale "Testing & Tracing" de son souhait de reprendre dans les prochains jours ses activités médicales et académiques.

L'ancien porte-parole interfédéral pour la lutte contre le coronavirus - une fonction dont il avait également démissionné - avait été nommé coordinateur du tracing belge fin avril.

Dans son mail de démission, transmis vendredi soir aux autres scientifiques, Emmanuel André s'explique sur ce nouveau pas de côté : "Nous sortons petit à petit de la phase extrêmement intense de mise en place de cette stratégie de testing et de tracing, qui est la phase pour laquelle je m'étais engagé à contribuer à hauteur de mes compétences, écrit-il. L'intensité faible actuelle de l'épidémie est une opportunité pour provoquer cette transition."

Le "temps politique"

Emmanuel André reconnaît qu'il n'est plus l'homme de la situation pour la suite de gestion de la crise sanitaire : "Il reste certes un certain nombre de points à consolider, mais des pistes de solutions élaborées ont été proposées. Au-delà de la stratégie de testing qui rentre dans mes compétences techniques, le cadre juridique, la mise en place d’une application et enfin la mise en place d’un système interne de qualité sont des points par rapport auxquels je ne peux apporter d’expertise spécifique au-delà de ce que j’ai déjà pu apporter. D’autres experts pourront bien mieux que moi vous accompagner dans ce travail. Par ailleurs, le timing de mise en place de ces solutions est largement dépendant du 'temps politique' et de la mise à dispositions de moyens humains et financiers qui sont des éléments sur lesquels je n’ai pas de prise."

"A titre personnel, cet investissement – que je ne regrette pas – n’est pas compatible avec mes fonctions cliniques et difficilement compatible avec mes autres responsabilités dans le cadre de cette crise et au-delà,", conclut-il.