Le débat agite les citoyens, scientifiques et politiques belges depuis de nombreux jours : faut-il porter un masque lorsque l'on sort de chez soi pour faire ses courses ou se dégourdir les jambes ? 

Alors que les autorités compétentes estimaient ce port inutile en début d'épidémie, les citoyens attentifs ont remarqué un glissement lexical ces derniers jours. Les politiques, virologues et autres épidémiologistes admettent désormais qu'il est préférable de porter une telle protection, mais de la confectionner soi-même car, vu la pénurie, les masques chirurgicaux et les fameux FFP2 doivent être réservés au personnel soignant.

Sciensano, le Conseil supérieur de la santé, l’Afmps, l’Aviq, Iriscare et les organisations germanophones et flamandes de la santé se sont accordés pour présenter des directives communes dans un document, a révélé la RTBF.

Dans ce rapport public, il est écrit : "Un masque en tissu peut former une barrière physique contre les éclaboussures, mais il doit être retiré immédiatement dès qu’il est souillé. Lorsque les mesures de distanciation sociale seront levées progressivement, les masques en tissu sont conseillés pour toute situation où un contact de moins d’un 1,5 mètre est nécessaire et dans les endroits où il y aura beaucoup de monde (par exemple dans les transports en public, supermarchés…)".

Les différents organismes sanitaires précisent que ces masques servent davantage à protéger l'entourage du porteur que le porteur lui-même. Ils insistent aussi sur le respect des mesures de distanciation sociale et d'hygiène, qui importent davantage que le port du masque.

Des explications précises sur le bon usage du masque seront publiées prochainement. Le document stipule cependant déjà que "les masques en tissu doivent être utilisés d’une manière correcte : les mains doivent être lavées avant de le mettre, le masque doit couvrir le nez et la bouche, il faut éviter de toucher sa face antérieure et se laver les mains après l’avoir retiré, les masques lavables doivent être lavés chaque jour à minimum 60° et être complètement secs avant le prochain usage". 

Vu ces aspects contraignants, les autorités sanitaires ne recommandent pas que les enfants mettent une telle protection lorsqu'ils se trouvent à la crèche ou à l'école primaire.