Si les températures grimpent en flèche ces derniers jours, le coronavirus reste bien présent et des Belges continuent de tomber malades. Pour que se conjuguent au mieux la lutte contre le covid-19 et ce climat estival, des règles détaillées sont émises par les autorités sanitaires en France, auxquelles la Belgique se réfère. La climatisation revêt ainsi une importance de taille pour éviter que se propage en masse le virus, comme le souligne le Conseil Supérieur de la Santé.

Un avis que partage le virologue Marc Van Ranst (KULeuven). "Notre pays devra également se concentrer sur une très bonne ventilation des espaces intérieurs où sont réunis de nombreuses personnes", détaille l'expert membre du GEES (groupe chargé du déconfinement en Belgique). De cette façon, nous pouvons éviter une augmentation de la concentration des particules virales et donc un risque d'infection plus élevé."


Plus encore, le scientifique met en garde au sujet de certains endroits qui pourraient favoriser une plus grande circulation du virus. "Les zones refroidies, telles que les chambres froides dans les supermarchés ou les abattoirs, sont parfois moins bien ventilées et recyclent trop d'air (...). De la sorte, on risque de voir apparaître de grands foyers de contamination", avertit le virologue. En Allemagne et au Royaume-Uni, plusieurs abattoirs ont dû fermer leurs portes ces derniers jours, après que de nombreux cas de Covid-19 aient été détectés au sein de leur personnel.

Pour éviter une telle situation en Belgique, Marc Van Ranst conseille à toutes les entreprises (et pas uniquement à l'industrie de la viande) de vérifier la ventilation de leurs bâtiments. "Le taux de renouvellement de l'air par heure doit être suffisamment élevé", prône-t-il. Le virologue encourage également à ce que soit adopté un geste simple et qui ne fait appel à aucune technologie particulière: ouvrir les fenêtres. "Il s'agit aussi là d'une forme de ventilation", explique-t-il.