Marc Van Ranst estime que ce n'est pas une bonne idée d'avoir fermé les écoles.

Contraindre les élèves et étudiants à suivre des cours à distance, n'était pas nécessaire, selon Marc Van Ranst, explique le virologue à HLN. "J'ai un regret. Nous n'aurions pas dû fermer les écoles. Les politiciens n'ont pas suivi les recommandations des experts à ce sujet. Désormais, nous sommes face à un compromis à la belge, avec 5 à 10% des enfants qui vont quand même à l'école, parce que leurs parents doivent travailler."

Le virologue estime d'ailleurs que les enfants étaient à l'abri du virus, eux qui fabriquent des anticorps. "Je comptais sur les élèves pour contribuer à l'immunité de groupe. Les enfants qui sont infectés ne tombent généralement pas aussi malades que les adultes. Mais ils fabriquent des anticorps, donc ils sont à l'abri du virus pendant quelques années", a-t-il déclaré à nos confrère d'Het Laatste Nieuws.

Contacté par nos soins, il nous dit aussi qu'il faut en priorité tenir à l'écart les personnes âgées. "Il se peut qu'il ait été nécessaire de fermer les écoles, mais pas pour le moment", dit-il. Il ajoute que la communauté scientifique est, dans l'ensemble d'accord en Belgique sur le fait qu'il ne fallait pas fermer les écoles primaires et suspendre les cours. 

Cette vision correspond néanmoins à la stratégie de l'immunité collective mais uniquement chez les enfants.

Le fait que la France ait fermé les écoles a, selon M. Van Ranst, augmenté la pression sur les politiciens francophones.