Le Nutri-Score de près de 500 berlingots et bouteilles de moins de 500 ml susceptibles de se trouver dans le cartable des écoliers, voilà ce que Test-Achats a cette fois analysé. Pour en arriver à la conclusion qu'il y a là …à boire et à manger. Quels sont ceux qui sont bourrés de sucre ou d'édulcorants? Quelles sont les alternatives plus saines?

Premier constat: les enfants - comme la plupart de adultes d'ailleurs - ne boivent pas suffisamment : 98 % des 6 à 9 ans et 95 % des 10 à 13 ans boivent moins que le 1,5 litre/jour recommandé. S’ils ingurgitent trop peu d’eau, ils boivent aussi trop ou trop souvent des sodas. 14 % des 6 à 9 ans consomment quotidiennement ce genre de boissons généralement beaucoup trop sucrées. Dans la tranche des 10 à 13 ans, ils sont près de 20 %.

En chiffres, guère plus d'un produit sur dix analysés (11 %) obtient la mention A, alors qu'un sur quatre (26 %) se voit attribuer un B, itou (23 %) pour un C, 24 % un D. Enfin, 16 % se voient flanqués d'un E.

Les édulcorants non recommandés et souvent cachés

Dans la ligne de mire des enquêteurs, les édulcorants se retrouvent dans un peu plus d'un quart (27 %) des 474 produits analysés, même si cela n’est pas clairement indiqué. "Les édulcorants sont rarement mentionnés de manière bien visible, contrairement aux allégations telles que "sans sucre" et "sans sucres ajoutés" qui ornent l’avant du paquet, fait remarquer Test-Achats. Pourtant, mentionner "sans sucres ajoutés" n’est pas légal si le produit contient du faux sucre. Ces faux sucres permettent aux producteurs de réduire facilement la teneur en sucre et en calories de leurs produits afin d’atteindre un meilleur Nutri-Score. Or, il est préférable de limiter tant que possible la consommation d’édulcorants en particulier chez les enfants de moins de 12 ans. Leur présence devrait donc être clairement indiquée à l’avant de l’emballage d’autant que le Nutri-Score ne mentionne pas la présence ou non d’édulcorants".

Tout aussi grave, sinon davantage, souvent décorées de petits animaux ou personnages tout en couleurs, les boissons destinées spécifiquement aux enfants obtiennent de moins bons résultats : presque la moitié ont un Nutri-Score D ou E!

Des 79 produits analysés qui sont spécifi­quement dédiés aux plus petits, seuls 33 % arborent un A ou un B, 25 % un C et 42 % un D ou un E. Test-Achats donne l’exemple des limonades aux fruits destinées enfants. "Les fruits et l'emballage suggèrent qu'il s'agit d'un meilleur choix, mais ce n'est pas le cas. En réalité, elles ne contiennent que 10 à 12 % de fruits, et seulement un peu moins voire la même quantité de sucres par 100 ml qu’un coca ou un fanta et obtiennent également un Nutri-Score E", fait remarquer l'association des consommateurs

Pour ce qui est des autres berlingots aux fruits, qui ne leur sont pas spécifiquement dédiés, "le jus d’orange de la marque Carrefour est un jus d’orange pur (100% fruits et sans sucres ajoutés) tandis que le Multivitamines de Minute Maid est un nectar (50% de fruits et sucres ajoutés)", souligne encore TA.

Pensez aux boissons lactées

Au rayon "boissons lactées" - un bon choix pas assez consommé, selon TA -, "certaines boissons lactées pauvres en graisse et en sucre arborent un Nutri-Score A. C’est le cas du berlingot de lait demi-écrémé de la marque Delhaize, alors que le Cécémel, plus sucré, obtient quant à lui un C. Malheureusement, la plupart des laits aromatisés ou yaourts à boire contiennent du sucre ou des édulcorants ajoutés. Dans les boissons lactées, rien ne vaut le lait naturel".

Etant donné ce piêtre constat, Test Achats, qui prône également la baisse progressive de la teneur en sucre des boissons sans la substituer par des édulcorants, invite à signer une pétition pour un Nutri-score obligatoire. "Bien que le Nutri-Score soit désormais l'étiquetage officiel en Belgique, il reste facultatif en raison de la réglementation européenne, rappelle l'association. Trop peu de fabricants l’apposent dès lors sur leurs produits. C’est pourquoi, avec six autres organisations de consommateurs européennes, nous demandons à la Commission européenne de le rendre obligatoire au niveau européen". 

Pour que la Commission soit obligée d’examiner cette demande, un million de signatures sont nécessaires, dont 15 750 en Belgique. "Tous ceux qui souhaitent effectuer un choix facile et éclairé parmi l’abondance de boissons et autres produits dans les rayons du supermarché sont appelés à signer la pétition".