Dans notre vie quotidienne, nous sommes tous les jours en contact avec des surfaces touchées par d'autres personnes. Que ce soit dans le métro ou à la caisse des magasins, nos doigts touchent perpétuellement des endroits potentiellement contaminés par le coronavirus. En cette période d'épidémie, comment peut-on se prémunir d'une potentielle contamination ?

Ces derniers temps, la peur d'être contaminé par le coronavirus est dans tous les esprits. Pour endiguer la circulation du virus, qui peut notamment se propager à cause des surfaces du quotidien touchées par le plus grand nombre, le respect des règles d'hygiène est primordial. Au-delà du lavage des mains, "il faut que chacun ait une discipline personnelle pour ne pas amener ses mains à son visage. C’est le plus important", insiste Yves Coppieters, épidémiologiste et chercheur à l'École de Santé publique de l'Université libre de Bruxelles.

Lors des sorties essentielles, la population est bien souvent amenée à toucher des objets ou surfaces qui ont potentiellement déjà été en contact avec des personnes contaminées par le coronavirus. Cependant, cela ne représente pas un réel danger si l'on respecte les recommandations d'hygiène. "Si je touche un bouton dans le métro ou un caddie contaminé lors de mes courses, ce n’est pas grave", explique l'épidémiologiste. "La contamination ne se fait pas par la peau, le virus ne traverse pas l'épiderme. Il y aura contamination uniquement si la main qui a touché une surface contaminée, est amenée au visage", rappelle Yves Coppieters.

"Dès que l’on rentre chez soi, il faut systématiquement se laver les mains. Si l’on suit ces règles d’hygiène de manière régulière, il y a très peu de risques d’être contaminé via les surfaces", continue-t-il.

Il convient également de rappeler qu'il est important, après le lavage des mains, de s'essuyer avec un papier à usage unique et non pas avec un essuie en tissu, qui est pour sa part peu hygiénique.

Les gants: une fausse bonne solution ?

Pour de nombreuses personnes, les gants représentent la parade idéale pour éviter tout risque de contamination. Pourtant, ils ne sont pas aussi protecteurs que ce qu'ils laissent paraître, et demandent autant de vigilance d'un point de vue hygiénique. "Il ne faut pas spécialement mettre des gants lorsque l'on sort en rue. Ils peuvent parfois donner l’impression aux gens d’être protégés à tort", estime le chercheur.
"Il faut avoir avec les gants la même rigueur qu’avec nos mains. Cela implique un nettoyage au savon ou à l’alcool pour éliminer les virus de la surface des gants. Le problème est que certaines personnes qui ont des gants ont tendance à ne pas les nettoyer ou les désinfecter à un rythme régulier", enchaîne Yves Coppieters.

Certaines personnes pensent également que le fait de porter des gants réduit la propension à se toucher le visage. Or, cette croyance ne se vérifie pas forcément. "Je pense que les personnes qui portent des gants pendant un long moment durant la journée ont finalement tout autant le réflexe d’amener les mains à leur visage", conclut l'épidémiologiste de l'ULB.

Dès lors, le lavage régulier des mains et l'utilisation d'un gel hydroalcoolique restent donc les solutions les plus efficaces pour éviter les risques de contamination.