La crise sanitaire majeure que traverse actuellement l'Inde peut avoir son origine dans le variant dit indien du coronavirus, mais aussi dans certaines conduites comme le non-respect des restrictions sanitaires, a avancé l'OMS.

"C'est toujours un défi énorme dans les pays où les mesures de protection individuelle sont relâchées, où il y a des rassemblements de masse, où il y a des variants plus contagieux et où la couverture vaccinale est encore faible, cela peut provoquer une tempête parfaite" pour les systèmes de santé de tout pays, a prévenu le directeur de l'OMS Europe lors d'un point presse en ligne.

Hans Kluge a rappelé à la cinquantaine de pays de la région que "les mesures individuelles et collectives de santé publique et les mesures sociales demeuraient des facteurs déterminants" pour freiner la pandémie, à l'heure où le nombre de nouveaux cas en Europe chute "de manière significative pour la première fois en deux mois".

Le variant indien, B 1.617, a été détecté dans 17 pays dont plusieurs en Europe. Il a été catégorisé comme "variant d'intérêt" et non pas "un variant préoccupant" - appellation qui indiquerait que la mutation est plus dangereuse.

Dans l'ensemble de la région Europe de l'OMS, qui compte plusieurs pays d'Asie centrale, 7% de la population est complétement vaccinée. Selon les données de l'organisation internationale, c'est plus que le nombre de personnes qui ont été malades du Covid-19 - 5,5% des Européens.