Après la traditionnelle conférence de presse, les experts belges qui analysent la propagation du coronavirus ont répondu à quelques questions.

Emmanuel André, porte-parole interfédéral, a tout d'abord voulu rappeler que dans la grande majorité des cas infectés de COVID-19, une hospitalisation n'est pas nécessaire. Il a également signalé que 5 millions de masques sont en cours de distribution dans les groupes cibles (le milieu hospitalier surtout). 5 autres millions de masques sont attendus en Belgique dans les prochains jours. Ils seront destinés notamment aux maisons de repos ou au secteur des soins à domicile.

Les experts ont aussi évoqué la capacité des hôpitaux à accueillir plus de patients. "Aujourd'hui, en Belgique, il y a 1900 lits équipés d'un système de ventilation. Des plans sont activés dès ce vendredi pour augmenter la capacité totale. La Belgique n'est pas en manque de place mais désire renforcer son équipement pour anticiper la demande qui va augmenter au cours des prochains jours."

Emmanuel André a précisé que la Belgique se situait au début de l'épidémie. "On voit que le nombre de nouveaux cas augmente encore chaque jour. Nous suivons de près cet élément. Nous espérons que les mesures de confinement vont aider à stabiliser ce nombre, de manière à ce qu'un impact soit visible au cours des prochaines semaines. Nous savons que les jours qui viennent seront extrêmement intenses. Le nombre de patients qui seront admis à l'hôpital va considérablement augmenter. Notre système de soins doit continuer à anticiper cette demande qui va augmenter. Dans cette épidémie, il faut être patient pour voir l'impact des mesures prises au quotidien. Elles seront efficaces", a-t-il jugé.

Nombre de décès attendu : "le chiffre est conforme à nos attentes, nous savons qu'il continuera d'augmenter"

Le centre de crise national et le SPF santé publique s'attendait à ce que le nombre de décès augmente. "C'était attendu. Les chiffres que l'on constate aujourd'hui sont ceux que nous avions anticipés. Il continuera à augmenter dans les prochains jours." Pas de compteur qui s'affole, donc, malgré la douloureuse augmentation : le scénario qui est en train de s'écrire est, à ce stade, en phase avec ce que nos experts avaient anticipé.

Les hôpitaux seront-ils bientôt saturés ? Cette question, de nombreuses personnes se la posent à la veille d'un week-end qui s'annonce compliqué pour tout le personnel soignant qui oeuvre en milieu hospitalier. "Le nombre de patients admis à l'hôpital et aux soins intensif augmente tous les jours. C'est une situation dynamique mais le nombre de personnes hospitalisées est encore inférieur à la capacité totale. La situation est encore sous contrôle."

Actuellement, 164 personnes sont aux soins intensifs. On en sait un peu plus sur leur âge. "Selon les informations dont nous disposons, l'âge moyen des personnes aux soins intensifs est de 60 ans", a répondu le porte-parole interfédéral.

"Oui, aujourd'hui, des médecins sont infectés"

Chaque jour, tout le corps médical est sur le pont pour lutter contre la propagation du virus. Avec un certain risque. Celui d'être contaminé. "L'infection se propage y compris dans les milieux hospitaliers. C'est pourquoi de nombreuses mesures sont prises pour éviter de transmettre le virus. Oui, il y a des transmissions. Aujourd'hui, des médecins sont infectés. Dans le système de soins, il y a un risque d'infection au virus", a commenté Emmanuel André. 

Comparable à l'Italie? 

Une question est sur toutes les lèvres : la Belgique peut-elle connaitre pareille situation que l'Italie? Les experts ont rassuré la population. "La situation de l'Italie est devenue difficilement contrôlable. En Belgique, on a pris des mesures de confinement au bon moment par rapport à l'Italie. Nous avons des capacités de soins et hospitalières différentes. Aujourd'hui, la Belgique est mieux préparée que l'Italie. C'est rassurant mais nous devons prolonger les efforts et profiter au mieux des outils dont nous disposons dans cette gestion d'épidémie."

Les mesures de confinement en Belgique vont déjà porter leurs fruits

Enfin, les experts ont annoncé que les premières mesures prises il y a une semaine par le gouvernement de Sophie Wilmès vont déjà porter leurs fruits. "Elles ont été efficaces pour lutter contre la transmission du virus. Cela se verra dans les chiffres dans les jours qui viennent."