Le 23 avril, 13.275 tests PCR de dépistage du covid-19 ont été réalisés en Belgique et le nombre tourne aujourd'hui autour des 15.000, a indiqué mardi le ministre en charge du matériel médical dans le cadre de la lutte contre le coronavirus, Philippe De Backer, devant la commission de la Santé de la Chambre. Quant à la capacité, elle dépasse les 25.000 unités. En vue de la première phase de déconfinement le 4 mai, le Conseil national de sécurité (CNS) a fixé la capacité de dépistage à 25.000 tests par jour et à 45.000 pour une capacité élargie.

"La capacité est disponible et est utilisée à plein régime", a assuré le ministre Open Vld.

Selon lui, au vu des résultats actuels, la Belgique pratique même comparativement plus de tests que les pays voisins.

La sous-utilisation de la capacité s'explique par des obstacles logistiques ainsi que par les critères de test. Ceux-ci ont été élargis en vue du 4 mai, afin de ne plus se limiter aux patients présentant des symptômes respiratoires mais plus généralement des symptômes grippaux, et aussi de viser toutes les personnes qui travaillent dans une collectivité (par exemple une maison de repos), qui entrent dans une collectivité ou sont en contact avec un groupe à risque.

Par ailleurs, un total de 31 millions de masques chirurgicaux et de près de 4 millions de masques FFP2 ont déjà été distribués.

Quant aux médicaments, selon la ministre de la Santé, Maggie De Block (Open Vld également), ils sont en stock "plus que suffisant" jusqu'à la fin juin. L'Agence fédérale des Médicaments et des Produits de Santé (AFMPS) s'attache désormais à assurer leur disponibilité jusqu'à la fin de l'année.

Dans leurs interventions, les deux ministres ont par ailleurs évoqué à plusieurs reprises l'éventualité d'une deuxième vague de l'épidémie.