Quand on veut tuer son chien, on lui trouve la rage, dit-on. On pourrait à présent ajouter ...ou le coronavirus. Depuis le début de l'épidémie, plusieurs refuges en Belgique lancent sur les réseaux sociaux des messages de désespoir face aux abandons qui se multiplient. Qu'on se le dise pourtant: à ce jour, il n'existe aucune preuve de transmission du virus de l'animal de compagnie vers l'humain.

Les craintes de certains propriétaires viennent très probablement de cette information du mois dernier annonçant que le chien d'une sexagénaire de Hong Kong infectée avait été testé positif. Ce qui a entraîné la mise en quarantaine de tous les animaux domestiques dans l'île pendant quatorze jours. Et des abandons d'animaux de compagnie qui se comptent par milliers en Chine… 

Les autorités hongkongaises avaient pourtant bien précisé que "les échantillons prélevés dans les cavités nasales et orales de l'animal avaient été testés faiblement positifs au coronavirus Sars-Cov-2". Le chien n'a d'ailleurs pas développé la maladie par la suite.

Qu'en pensent les scientifiques?

"Il serait invraisemblable pour un virus de passer par autant d'espèces différentes en si peu de temps, a déclaré Jonathan Ball, professeur de virologie moléculaire à l'Université de Nottingham, dans Science Media Center, une organisation gouvernementale britannique. Nous devons faire la différence entre une réelle infection et la simple détection de présence du virus. Le fait que les résultats des tests soient faiblement positifs suggèrent qu'il s'agit d'une contamination environnementale", de la bouche et du museau du chien .

Pour sa part, en charge de la question animale, le ministère de l'Agriculture, des pêches et de la protection de l'environnement à Hong-Kong avait réaffirmé qu'il n'y a "aucune preuve que les animaux de compagnie puissent être infectés par le coronavirus et puissent être une source de transmission à la population". Ils justifiaient la mise en quarantaine comme répondant au seul principe de précaution.

A la question "Les êtres humains peuvent-ils contracter la COVID-19 à partir d’une source animale ?", on peut lire sur le site l'Organisation mondiale de la santé: "Les coronavirus sont une grande famille de virus couramment présents chez les chauves-souris et chez d’autres animaux. Occasionnellement ces virus infectent des êtres humains qui peuvent à leur tour propager l’infection. Ainsi, le SARS-CoV est associé aux civettes tandis que le MERS-CoV est transmis par les dromadaires. Les sources animales éventuelles de la COVID-19 n’ont pas encore été confirmées. Pour se protéger, par exemple lorsque l’on va sur des marchés d’animaux vivants, il faut éviter le contact direct avec les animaux et les surfaces en contact avec les animaux et toujours respecter les règles relatives à la sécurité sanitaire des aliments. Il faut manipuler la viande crue, le lait et les abats avec précaution pour éviter de contaminer les aliments qui ne sont pas destinés à être cuits et il faut s’abstenir de consommer des produits d’origine animale crus ou mal cuits".

A chacun son coronavirus

Quant à la question "Mon animal domestique peut-il me transmettre la COVID-19 ?", l'OMS répond :"Il y a eu un cas d’infection chez un chien à Hong Kong mais, à ce jour, rien ne prouve que les animaux de compagnie, tels que les chiens ou les chats, peuvent transmettre la COVID-19. La maladie se transmet principalement par les gouttelettes expulsées par les personnes infectées quand elles toussent, éternuent ou parlent. Pour vous protéger, lavez-vous les mains fréquemment et soigneusement."

L’OMS continue à suivre les derniers travaux de recherche sur ce sujet et d’autres questions relatives à la COVID-19 et publiera des informations actualisées à mesure que de nouvelles données seront disponibles.

Par principe de précaution, les vétérinaires, quant à eux, suggèrent cependant, dans un foyer contaminé, d'observer avec l'animal les mêmes règles d'hygiène et de distanciation et de le faire soigner par une personne non infectée.

 Ils rappellent aussi que les coronavirus sont une très large famille. Les chiens ont leur coronavirus, les chats aussi. Parfois, il y a des passages entre ces deux espèces, mais sans qu'ils développent des signes cliniques. Et, en aucun cas, les coronavirus de ces animaux n'entrent dans l'organisme humain. En résumé: à chacun son coronavirus.