Le 11 février, la Chine comptait déjà 70 314 contaminés par la coronavirus. Sur base de ce nombre, le pays a réalisé différentes probabilités de décéder du virus en fonction de l'âge, du sexe, et des conditions médicales pré-existantes.

D'après un enquête menée par un groupe d'experts du Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies (CCDC) et publiée dans le "Chinese Journal of Epidemiology", une personne âgée de quatre-vingt ans ou plus a 14,8% de risque de décéder du coronavirus (Covid-19) contre 8% pour les individus âgés de septante à septante-neuf ans. En ce qui concerne les personnes âgées de soixante à soixante neuf ans, elles ont 3,6% de risque de mourir des suites de la maladie. Les individus âgés entre cinquante et cinquante-neuf ans n'ont que 1,3% de risque d'en décéder. Les personnes qui ont entre quarante et quarante neuf ans ont 0,4% de risque de décéder du virus. Pour les personnes âgées de dix à trente-neuf ans, le risque qu'elles décèdent du coronavirus est très faible avec 0,2%. Pour les enfants, jusqu'à l'âge de neuf ans, ils n'ont normalement pas de risque de décéder de la maladie. Les chiffres sont très clairs : le taux de mortalité du coronavirus est faible, et croît selon l'âge plus ou moins avancé de la personne infectée.

Les chiffres publiés par la Chine indiquent que les hommes auraient plus de risque de mourir du coronavirus que les femmes avec 2,8% contre 1,7%.

On l'a dit par ailleurs, l'état de santé de la personne contaminée est un élément déterminant en matière de conséquences potentiellement létales du virus. Les chiffres l'attestent. En cas de maladies cardiovasculaires, les personnes contaminées ont 10,5% de risques en plus que les autres de décéder du virus. En cas de diabète, les contaminés ont 7,3% risques en plus que les autres de décéder du coronavirus. Si une des personnes infectée présente une maladie respiratoire chronique, elle a 6,3% de risques en plus de décéder de la maladie. En cas d'hypertension, le risque de décéder s'élève à 6% et en cas de cancer, à 5,6%. S'il n'y aucun signe de maladie avant d'attraper le coronavirus, le risque d'en décéder est très faible : de l'ordre de 0,9%.

Les victimes du Coronavirus en Europe sont surtout des personnes âgées déjà affaiblies

Arrivé depuis quelques semaines en Europe, le coronavirus sème une grande inquiétude. Pourtant, ce virus est moins meurtrier que la grippe, comme le rappelait l'OMS ce matin, qui fait 60.000 morts chaque année en Europe. Malgré le nombre de contaminations élevé, le taux de mortalité reste assez faible.

Si au sein de l'Europe, l'Italie reste le pays le plus touché par le virus avec un total de 528 cas, on ne dénombre pour le moment "que" quatorze décès. Sur ces quatorze victimes, toutes étaient des personnes âgées, qui souffraient d'autres pathologies comme des pneumonies ou des cancers. La plupart venait par ailleurs de Lombardie, une des régions occidentales les plus touchées par le coronavirus. L'Italie a annoncé que quarante personnes contaminées avaient été guéries.

En France, sur les dix-huit contaminations, douze personnes sont guéries et quatre sont encore hospitalisées. Au total, les français ne recensent "que" deux décès. La première personne décédée est un touriste chinois, âgé de quatre-vingt ans, et la seconde est un homme de soixante ans. Ce dernier bien que diagnostiqué porteur du coronavirus, n'en est pas décédé. D'après ses médecins, il serait mort d'une embolie pulmonaire massive.

En Espagne, sur les dix personnes contaminées, une seule est dans un état critique. Il s'agit d'un homme âgé de septante-sept ans qui présentait d'autres pathologies avant sa contamination.

Comme le démontrent les probabilités chinoises, ce sont les personnes âgées présentant, par ailleurs, d'autres problèmes de santé qui sont les plus susceptibles de décéder du virus. Si vous êtes en pleine santé, et que vous ne présentez pas de signes de la maladie, pas de panique ! Vous avez (très) peu de risque de décéder.