La Belgique "confinée" se demande quand cet étrange épisode de son histoire prendra fin. Ses écoles, restaurants, bars, magasins,... ont fermé leurs portes à la mi-mars. Les mesures strictes originellement prévues jusque début avril ont déjà été prolongées de 15 jours. La Première ministre, Sophie Wilmès (MR) a immédiatement évoqué une éventuelle nouvelle extension jusqu'au mois de mai. Avec le retour du beau temps, beaucoup craignent que les Belges soient tentés de briser cette "quarantaine" pour profiter du soleil avec des amis dans les parcs. "Si nous ne suivons pas ces mesures à la lettre, le virus pourra contaminer encore plus de monde, nous donnerons au coronavirus l'occasion de se propager davantage", a averti Pierre Van Damme, épidémiologiste à l'Université d'Anvers, sur VTM.

Le scientifique a estimé qu'il serait "dommage" de baisser les bras après avoir fait de tels efforts. "Nous risquerions de voir les chiffres augmenter, a-t-il ajouté. Nous ne verrions pas cela immédiatement, mais probablement dans environ dix à quatorze jours". Pierre Van Damme a ainsi donné l'exemple de la Chine pour illustrer ses propos. Selon l'épidémiologiste, le pays connaît actuellement le contrecoup de la levée des mesures de confinement, visible notamment dans la hausse des décès. "Cela montre au reste du monde à quel point il est difficile de maîtriser l'épidémie et de lever certaines restrictions", a estimé le scientifique.

C'est pour cela, a-t-il expliqué, qu'il faudra être très prudent au moment où, à notre tour, nous lèverons les mesures de confinement. Qui plus est, Pierre Van Damme a insisté sur l'importance des tests sérologiques. "Il est important de savoir combien de personnes ont réellement été touchés par la maladie et combien de personnes sont encore contaminées", a-t-il détaillé sur VTM. L'enjeu ? Une potentielle seconde vague. Réaliser de telles analyses nous permettrait ainsi de la prévoir et d'en évaluer l'ampleur. L'épidémiologiste prône donc l'élaboration d'un système de suivi qui permettrait de retracer le parcours d'une personne testée positive au covid-19. Il faudrait également des mesures pour que ceux qui contractent la maladie soient placés en quarantaine. "C'est le seul moyen de ralentir la propagation", a conlu Van Damme.