Infectée pendant sa grossesse par le Covid-19, une femme a donné naissance à un bébé pas comme les autres, le 7 novembre à l'hôpital universitaire de Singapour. En effet, le petit Aldrin possède des anticorps contre le Covid-19, comme le rapportent plusieurs médias.

Sa mère avait contracté la maladie lors de sa dixième semaine de grossesse, après un voyage en Europe. Hospitalisée par précaution, elle n'était restée que deux semaines à l'hôpital. Elle avait une forme légère de la maladie.

Dans une interview donnée au Straits Times, la mère expliquait ne pas avoir peur que son enfant à naître n'attrape le coronavirus, puisque le risque de transmission de la mère au fœtus est très faible. Le bébé n'était d'ailleurs pas contaminé à sa naissance. "Mon pédiatre a dit que les anticorps que j'avais développés contre le Covid-19 ont disparu, mais Aldrin en possède. Mon médecin suppose que je lui ai transmis mes anticorps pendant la grossesse", ajoute-t-elle.

Le professeur Tan Hak Koon du KK Women's and Children's Hospital a déclaré au Straits Times que "on ignore encore si la présence de ces anticorps chez un nouveau-né confère un degré de protection contre l'infection par COVID-19, et encore moins la durée de cette protection." Un véritable cas d'école pour les médecins, qui vont pouvoir suivre l'enfant afin de déterminer la durée réelle de protection dont il bénéficie grâce aux anticorps.

Selon l'OMS, il n'est pas encore déterminé si une femme enceinte contaminée par le Covid-19 peut le transmettre à son fœtus pendant la grossesse, ou à son bébé pendant l'accouchement.