"Mi-2020, VIB a mis en place ExeVir Bio pour introduire ce traitement par anticorps dans la clinique. En temps voulu, le spin-off annoncera le début des essais cliniques de phase I et II pour tester l'innocuité et l'efficacité des médicaments chez les patients Covid-19", explique l'institut dans un communiqué de presse. "Les résultats sont significatifs car de nombreux autres anticorps en développement ont perdu leur fonctionnalité contre une ou plusieurs des nouvelles variantes qui ont subi des modifications de leur protéine spike, ce qui rend plus difficile la liaison de ces anticorps dérivés de la réponse immunitaire humaine au virus".

L'anticorps, extrait d'un lama, est plus petit qu'un anticorps humain, ce qui permet, d'après l'institut flamand de biotechnologie, de "cibler puissamment une région unique et hautement conservée dans la protéine de pointe virale. Cette région étant difficile d'accès pour les anticorps humains les plus volumineux, elle est soumise à une pression sélective beaucoup plus faible imposée par le système immunitaire humain. En outre, les mutations sont moins susceptibles de se produire dans cette région car cela semble important pour le fonctionnement complexe de la protéine de pointe du virus".

Les essais cliniques sur l'homme devraient commencer prochainement, annonce le VIB.