Depuis ce jeudi 14 mai, le site internet Home Stress Home est accessible aux plus jeunes de notre société. Il concerne quatre catégories d’âges : les jeunes enfants de 3 à 7 ans; les enfants de 8 à 11 ans; les adolescents de 12 à 17 ans; et les jeunes adultes de 18 à 25 ans.

Conçu par une équipe mixte composée de graphistes et de chercheuses de l’Université de Mons spécialisées dans différents domaines tels que la psychologie cognitive, la neuropsychologie, la neurophysiologie et les neurosciences, ce projet vise à améliorer les connaissances scientifiques dans le domaine du développement de l’anxiété chez les plus jeunes. Pourquoi? “En cette période de pandémie et à la suite du (dé)confinement, nous sommes tous confrontés à des situations plus ou moins difficiles à vivre, la perte d’un proche, l’inquiétude pour sa santé et celle de notre famille, des difficultés financières, l’incertitude quant à l’avenir et l’incompréhension, expliquent les chercheuses de l’UMons. Or, les enfants et les jeunes adultes, dont l’avenir se construit aujourd’hui, sont particulièrement sensibles à cette situation et sont souvent oubliés”.

Un dispositif en deux étapes

Concrètement, ce projet repose sur un dispositif en deux étapes.

Primo, l’évaluation du niveau de stress par un questionnaire spécifique. La collecte des données (confidentielle) ne sera réalisée qu’à des fins de recherche par des scientifiques spécialistes du domaine. Elle leur permettra de mieux comprendre le développement de l’anxiété pour mieux le prendre en charge.

Secundo, la proposition d’un programme adapté à chaque âge et et aux différents niveaux de stress, et pensé sous la forme de modules d’accompagnement. Ces modules sont gratuits. Quel que soit le résultat du test, les participants peuvent accéder à des ressources adaptées. Le programme proposé peut permettre de découvrir des techniques qui aident parents, enfants et jeunes adultes à réduire ces émotions désagréables, et à s’apaiser. Chaque module est composé de pages d’information, d’un parcours permettant de comprendre et gérer ses émotions, et d’audios pour réaliser ses propres séances de relaxation et/ou méditation. Précision: ce programme ne remplace pas un suivi psychologique spécialisé, mais s’appuie sur des techniques reconnues comme pouvant améliorer les manifestations de stress lorsqu’elles sont régulièrement suivies.

Ce dispositif sera également bientôt complété par une application mobile qui permettra d’y adjoindre des modules de suivi pour étudier les effets à long terme de la crise Covid-19 sur la santé mentale et physique.