"En ce moment, je suis bien plus optimiste au sujet de l'obtention d'un vaccin, qui serait distribué non seulement aux Etats-Unis, mais aussi pour avoir des doses pour les populations à travers le monde, qui ne peuvent pas le payer ou qui sont dans une situation où ce n'est pas évident d'être vaccinés", a déclaré M. Fauci, invité lors d'une conférence en ligne organisée par l'université américaine de Georgetown.

"Et j'espère que ce moment est raisonnablement proche", a-t-il poursuivi, cité par CNN. "Quand je dis proche, je suggère d'ici un an à un an et demi", a encore précisé le directeur de l'Institut américain des maladies infectieuses.

M. Fauci a ajouté que les entreprises productrices de vaccins lui ont assuré qu'elles seraient à même de fournir jusqu'à un milliard de doses, ce qui surpasse les besoins américains.

L'expert a toutefois précisé qu'aucun vaccin ne protègera à 100%, mais que la communauté scientifique table que l'immunité collective peut être atteinte si il y a assez de survivants à la maladie et assez de personne vaccinées avec un produit efficace à 70% ou 75%.

La biotech américaine Moderna a annoncé mardi qu'elle entrerait le 27 juillet dans la phase finale de ses essais cliniques pour un vaccin contre la Covid-19, devenant la première compagnie dans le monde à parvenir à cette étape.

Selon l'Organisation mondiale de la santé, 23 vaccins potentiels contre le nouveau coronavirus sont en cours de développement dans le monde.

En Europe, environ 4.000 personnes se sont portées volontaires pour une étude sur un vaccin contre le coronavirus à l'hôpital universitaire de Tubingue, en Allemagne. Une partie des tests menés par la société CureVac aura également lieu en Belgique.

La société pharmaceutique Sanofi a aussi affirmé lundi être proche d'un accord avec l'Union européenne (UE) pour lui fournir 300 millions de doses d'un éventuel vaccin contre le coronavirus, tout en préparant des collaborations similaires avec d'autres pays, dont les Etats-Unis.