La Belgique connaît depuis quelques semaines maintenant une hausse constante du nombre de patients contaminés par le coronavirus. À ce jour, 2.257 personnes ont été testées positives et 37 sont décédées. 

“Cette augmentation va encore durer quelques jours”, prédit Marc Van Ranst, virologue à la KULeuven, sur VTM. Cela fait maintenant plus d'une semaine que la Belgique a adopté une série de mesures strictes visant à combattre l'épidémie et quatre jours que le pays a opté pour une quarantaine renforcée. Confinés chez eux, les Belges se demandent quand ils pourront récolter les fruits de leurs efforts. "Nous devrions commencer à voir les résultats de ces nouvelles dispositions d'ici à quelques jours", détaille l'expert. "Cela sera d'abord visible dans le nombre de contaminations (...). Ensuite il faudra quelques jours pour que cela se ressente également dans le nombre d'hospitalisations. Encore plus tard, cela aura un impact sur le taux de mortalité".

Mais pour le virologue, il n'y a pas d'illusion à se faire: les mesures instaurées en Belgique seront prolongées. "Même au mieux si nous commençons à observer un revirement la semaine prochaine, il sera impossible de mettre un terme à ces dispositions immédiatement, avertit Marc Van Ranst. Une évaluation sera faite. Quiconque jette un œil à la situation comprendra que nous ne sommes pas près d'en avoir fini avec ces mesures". 

Pas d'illusion à se faire

Pour le moment, la Belgique suit le schéma pressenti. "Lorsque nous comparons les chiffres avec d'autres pays européens, c'est la même chose, explique Marc Van Ranst. Nous sommes même en dessous de la plupart. Aux Pays-Bas, il y a maintenant une centaine de morts, mais nous ne sommes pas très loin. Nous allons rencontrer des pertes plus élevées que ça". C'est pourquoi l'expert lance un avertissement aux Belges. "Les vacances de Pâques seront bien différentes des précédentes", annonce-t-il sur VTM.

Un pays inquiète toutefois tout particulièrement la communauté internationale: l'Italie. Devenue depuis peu la nation comptant le plus de morts, l'Italie a encore battu un triste record ce vendredi 20 mars avec un total de 627 personnes décédées en 24 heures. "Lorsque l'on voit l'Italie, il faut réaliser qu'il faut prendre le problème très au sérieux et que les mesures de confinement sont nécessaires", poursuit Marc Van Ranst. Faut-il aller jusqu'à dire que des dispositions plus strictes, comme en Chine, pourraient permettre à la Belgique d'éviter une situation "à l'italienne" ? "A Wuhan, les mesures étaient beaucoup plus strictes. Il n'était pas permis de sortir. On pourrait le faire, mais nous ne sommes pas certains de l'impact que cela aurait sur le virus", répond le virologue.