Onze personnes contaminées au coronavirus ont retenu l'attention des autorités britanniques, ces derniers jours. La raison ? Ces individus avaient été infectés par une nouvelle mutation du Covid combinant plusieurs facteurs propres aux variants britanniques, sud-africains et brésiliens. Selon un rapport livré par le service de santé britannique Public Health England, le séquençage a montré qu'il s'agissait bien du variant britannique présentant pour la première fois la mutation E484K que l'on ne retrouvait jusqu'alors que dans le cadre des variants sud-africains et brésiliens. Le propre de cette mutation ? Elle rendrait le virus plus résistant aux anticorps développés soit après une première infection, soit après la vaccination. C'est à cause de cette mutation qu'il est prouvé que certains vaccins sont un peu moins efficaces face à cette souche sud-africaine du coronavirus.

S'il fallait s'attendre à ce que le virus mute (encore), cette évolution n'en reste pas moins inquiétante car elle regroupe les différentes armes des variants, à savoir la plus forte contagiosité du britannique et la résistance aux anticorps du sud-africain et du brésilien. D'autant plus que, selon le rapport des autorités d'outre-Manche, deux des onze cas ont été identifiés de façon tout à fait indépendante l'un par rapport à l'autre. Ils découleraient bel et bien d'une mutation spontanée du virus, laissant présager que cela peut également survenir dans notre pays, comme le rapportent nos confrères du Standaard. "Il y a de véritables chances", a estime le virologue Piet Maes (KULeuven) auprès du quotidien flamand. "Nous détectons constamment toutes sortes de mutations ici aussi."

Aucun cas de cette "super-mutation" n'a toutefois été repéré à ce jour en Belgique. Il faut rester prudent, selon M. Maes, même s'il n'estime pas qu'il faut s'inquiéter outre mesure pour la campagne de vaccination. Il appelle toutefois les concepteurs de vaccins à ne pas se focaliser sur cette mutation mais bien sur toutes les formes que pourrait prendre le coronavirus à l'avenir pour toujours avoir une longueur d'avance.