ILS, GPS et Cie

Les aéroports modernes, comme Bruxelles-National, disposent d'un système de guidage aux instruments appelé ILS (Instrument Langing System). Lorsque la visibilité est réduite, un pilote qualifié pour ce type de procédure peut maintenir l'avion dans une sorte de toboggan magnétique de sécurité, qui le renseigne en permanence par rapport à la trajectoire idéale. Un autre principe de guidage, basé sur le GPS (Global Positioning System), est en train d'être développé et remplacera peut-être l'ILS dans quelques années. En cas de brouillard, un système complémentaire entre en oeuvre: les transmissiomètres. Ils se composent d'une lampe halogène émettant des flashs lumineux à une fréquence particulière, et d'un récepteur situé à une trentaine de mètres. Ce dernier mesure l'atténuation, lors du trajet dans l'air, de la lumière émise et la compare à un faisceau de référence parcourant le même trajet dans une fibre optique enterrée. Plusieurs de ces transmissiomètres, disposés le long des pistes, renseignent en permanence le pilote sur la RVR ou portée visuelle de piste. Selon ses qualifications, il décidera ou non de l'opportunité d'atterrir. Dans le cas contraire, il se mettra en attente (Holding) ou sera dérouté vers un autre aéroport.

© La Libre Belgique 2000