Ma fille ne veut plus manger de viande. C'est grave Docteur?

Certains enfants se lèvent un beau matin en déclarant qu'ils sont devenus végétariens, d'autres y passent petit à petit. Changement définitif ou lubie passagère? Seul l'avenir le dira. Quoi qu'il en soit, les parents, conscients de l'impact de l'alimentation sur le développement des enfants, ont bien le droit de se demander dans quelle mesure ce changement se répercute sur leur croissance et leur capital santé

VÉRONIQUE MAINDIAUX, diététicienne

Certains enfants se lèvent un beau matin en déclarant qu'ils sont devenus végétariens, d'autres y passent petit à petit. Changement définitif ou lubie passagère? Seul l'avenir le dira. Quoi qu'il en soit, les parents, conscients de l'impact de l'alimentation sur le développement des enfants, ont bien le droit de se demander dans quelle mesure ce changement se répercute sur leur croissance et leur capital santé.

OUI, À CONDITION

Tout d'abord, il est important de savoir que dans ce mode alimentaire, tout ce qui vient de l'animal mort est exclu: viande, volaille, poisson, charcuterie Par contre, d'autres denrées d'origine animale sont toujours consommées: le lait et les laitages, les fromages, et les oeufs.

A la question les enfants peuvent-ils devenir végétariens?, la réponse est oui, à condition de respecter quelques règles qui régissent ce mode alimentaire alternatif. L'assiette de nos végétariens en culotte courte ne peut pas se résumer à des légumes et des pommes de terre ou à de simples pâtes sauce tomate, elle doit aussi présenter une alternative à la viande, à la fois riche en protéines et en nutriments indispensables à leur croissance (fer, vitamine B 12). On y trouve aussi régulièrement des légumes, des céréales (pain, blé, riz, quinoa, millet, sarrasin), des légumes secs (pois, lentilles, haricots secs), des graines (tournesol, sésame), des fruits oléagineux (noix, noisettes, amandes), des produits laitiers (3 à 4 portions par jour) et des oeufs (4 à 5 par semaine).

Le règne végétal fournit des protéines en abondance, mais elles ne sont pas toujours aussi complètes que celles du monde animal.

LES BONNES COMBINAISONS

Pour que le corps puisse profiter au maximum de leur rôle de construction (capital en phase de croissance), les protéines végétales doivent être associées avec des protéines complémentaires.

Autrement dit, dans un même repas, il suffit de combiner des sources de protéines qui se complètent:

{R.}des céréales et des légumes secs (couscous aux légumes, pâtes aux haricots Soisson, riz et curry de lentilles);

{R.}des céréales et un substitut de viande (burger de soja, tofu, quorn, seitan);

{R.}des céréales et du fromage (gratin de millet, légume farci au riz et parmesan);

{R.}des céréales et des oeufs (quinoa et oeuf poché, crêpes aux légumes, flan de légumes et riz);

{R.}des légumes secs et des fruits oléagineux (boulettes de pois chiches au sésame, soja sauté aux noix de cajou).

Sans oublier d'accompagner le tout de légumes, d'un féculent selon l'appétit, d'utiliser de l'huile et des aromates pour la préparation, et de clôturer le repas par un laitage.

UN ÉQUILIBRE À VÉRIFIER

Les conséquences d'une alimentation végétarienne sont différentes en fonction du type de régime suivi. Souvent, les jeunes écartent simplement la viande et ses dérivés. Ceux qui suivent les principes du végétalisme ou du régime macrobiotique courent de plus gros risques de déséquilibre. En effet, ces derniers sont déficitaires en protéines, en fer, en zinc, en vitamine B 12, en calcium et en vitamine D. Un végétarisme bien pensé peut être tout à fait équilibré à condition de veiller à la vitamine B 12 (via les produits laitiers et les oeufs) et au fer (via les oeufs, céréales complètes, légumes secs), surtout chez les jeunes filles, souvent anémiques.

CROISSANCE

Lors du 3e congrès de Nutrition et Santé, le Pr P.Clarys de la VUB a comparé l'évolution de la croissance staturo-pondérale des enfants végétariens aux enfants omnivores. De manière générale, on peut dire que ces enfants avaient tous bien grandi et que les végétariens étaient un peu plus minces que leurs voisins omnivores. Les enfants végétaliens et macrobiotes étaient quant à eux à la fois plus minces et plus petits, avec parfois de vrais retards de croissance. Mais ces études ne suivent bien évidemment que l'évolution à court terme du poids et de la taille et ne renseignent pas sur l'état nutritionnel, plus particulièrement sur le statut en fer, en vitamine B 12, en zinc

Les modes alimentaires trop restrictifs ne conviennent certainement pas à un développement harmonieux.

Le végétarisme représente par contre un modèle alternatif pratiqué depuis la nuit des temps, tout à fait propre à entretenir une excellente santé.

© La Libre Belgique 2000


Sachons de quoi nous parlons Végétarisme : alimentation variée excluant tout produit issu des animaux morts (viande, volaille, poisson et dérivés, charcuterie, gélatine) et incluant des aliments animaux comme le lait, les fromages, le beurre, les oeufs Végétalisme : alimentation exclusivement tournée vers les produits du règne végétal, sans aucun produit du monde animal Macrobiotique : régime en 10 étapes basé sur l'équilibre entre les aliments Yin et Yang, qui, à la base, comporte 30pc d'aliments d'origine animale et plus du tout au sommet, l'alimentation étant alors principalement composée de céréales complètes (90pc) et de légumes cuits (10pc).