Quel lien entre obésité et diabète?

Découverte par des chercheurs américains, une hormone, baptisée «résistine», expliquerait-elle pourquoi la majorité des diabétiques sont également obèses?

L.D. (avec AFP)

En découvrant une nouvelle hormone, qu'ils ont baptisée «résistine», des chercheurs américains auraient-ils mis le doigt sur le «chaînon manquant» entre diabète et obésité?

Publiés jeudi dans la revue scientifique Nature, les travaux de cette équipe de l'Université de Pennsylvanie ont mis en évidence une différence de taux de cette hormone selon les apports alimentaires fournis à des rongeurs. Ainsi des souris privées de nourriture pendant 48 heures ont-elles affiché un taux de résistine nettement diminué, avant de remonter en flèche dès la reprise d'aliments.

La neutralisation artificielle de la résistine dans l'organisme des animaux devait également entraîner une forte baisse de la présence de sucre dans leur sang. Produite par les cellules de la graisse (les adipocytes), la «résistine» entraîne une résistance à l'insuline, une des marques les plus courantes du diabète de type 2, dit «gras» (non insulino-dépendant), qui est le plus courant (90pc).

DE LA SOURIS À L'HOMME

Rappelons que l'insuline, qui est sécrétée par le pancréas, sert à diminuer le taux de sucre (glucose) dans le sang. En cas de dysfonctionnement, apparaît le diabète et toute une série de complications, souvent graves, comme la cécité, des troubles rénaux, des problèmes cardio-vasculaires, des gangrènes

Pour autant que la régulation et les propriétés de la «résistine» s'avèrent similaires chez la souris et chez l'homme, on peut envisager la mise au point de médicaments susceptibles soit de limiter sa production, soit de contrer ses effets biologiques, selon les auteurs de l'étude.

Autant dire que si les espoirs que l'on fonde en cette découverte se confirment, elle pourrait s'avérer majeure, d'autant que, selon les estimations, le nombre de diabétiques pourrait plus que doubler dans les 25 années à venir, passant de 140 millions à 300 millions de malades dans le monde.

© La Libre Belgique 2001