Les diabétiques mieux pris en charge

Le ministre fédéral des Affaires sociales, Frank Vandenbroucke (SP), a annoncé samedi sa volonté d'instaurer, d'ici la fin de l'année, une carte de diabétique donnant accès au remboursement des soins podologiques et diététiques. Il a aussi décidé de dégager un budget de 180 millions de francs pour l'innovation en matière de soins en la matière.

Le ministre fédéral des Affaires sociales, Frank Vandenbroucke (SP), a annoncé samedi sa volonté d'instaurer, d'ici la fin de l'année, une carte de diabétique donnant accès au remboursement des soins podologiques et diététiques. Il a aussi décidé de dégager un budget de 180 millions de francs pour l'innovation en matière de soins en la matière via un remboursement des soins podologiques et par la mise sur pied de cliniques multidisciplinaires du pied.

DÉCOUVERTE TARDIVE

Les personnes diabétiques ont souvent des problèmes de santé, tels que des ulcères aux pieds, une défaillance des reins, une réduction de l'acuité visuelle, a rappelé samedi le ministre Vandenbroucke. Le plus souvent, c'est le résultat de soins insuffisants ou d'une découverte tardive de la maladie.Si les soins adéquats tardent, ces problèmes peuvent s'aggraver fortement. Par exemple, les plaies aux pieds peuvent entraîner une amputation du pied ou de la jambe.

D'après les chiffres de l'Association belge du diabète (ABD) et de son équivalent flamand, il y a ainsi entre 1.200 et 1.600 amputations par an en Belgique chez les personnes diabétiques, dont la moitié pourrait être évitée.

Le ministre socialiste flamand des Affaires sociales a, dès lors, décidé de tout mettre en oeuvre pour éviter ces complications du diabète en délivrant aux personnes souffrant de cette maladie une carte leur donnant accès à un programme de soins.

PODOLOGUE REMBOURSÉ

Concrètement, le médecin généraliste inspectera entre autres les pieds du diabétique une fois par an.En fonction des risques que l'intéressé court de développer des ulcères aux pieds, le médecin généraliste lui donnera des conseils, par exemple au sujet de l'hygiène des pieds et des chaussures, ou il l'enverra consulter un podologue en vue de soins préventifs.Cette consultation sera remboursée par l'assurance maladie, provisoirement au maximum deux fois par an dans le cas d'un risque accru.Les patients appartenant à la classe de risques les plus élevés seront ensuite envoyés en consultation multidisciplinaire des pieds. Ces consultations seront également remboursées tout comme une consultation par an chez un diététicien.

La carte de diabétique, ainsi que les soins y afférents, sera instaurée à la fin de l'année.La section Maladies chroniques établira les modalités concrètes pour le mois de mai. Et l'Inami rédigera ensuite des règles concrètes.Le ministre Vandenbroucke a fait savoir également qu'il souhaitait associer formellement les deux associations du diabète belges à l'exécution de cette politique. (D'après BELGA)

© La Libre Belgique 2001