Ne confondons pas "podologue" et "pédicure"

Laurence Dardenne

Entretien

Fidèle au rendez-vous, avec ses collègues Eric Oestreicher et Yves Vander Borght, Christophe Jacobs ouvrira les portes du Centre de podologie, situé à l'avenue Brugmann, à Bruxelles, ce samedi 5 mai, à l'occasion de la journée nationale du pied.

A quoi peuvent s'attendre les participants à cette journée ?

Nous leur proposons une inspection du pied. En principe, nous nous limitons à prodiguer des conseils, surtout lorsqu'il s'agit de personnes diabétiques ou qui ont des pieds à risque, mais rien n'empêche les podologues qui le désirent de faire des petits traitements. Le but de cette journée reste avant tout de faire connaître la profession, afin que l'on nous dissocie des pédicures. C'est aussi l'occasion de montrer que les semelles réalisées par les podologues sont différentes des semelles orthopédiques. Aux personnes qui présentent des troubles de la marche, nous expliquons, sur base d'un programme informatique qui calcule les points de pression sous le pied, ce qu'est une analyse de marche. En voyant leur pied sur écran, les personnes sont souvent étonnées de s'apercevoir qu'elles ne marchaient pas toujours correctement.

Quelle différence y a-t-il précisément entre un podologue et un pédicure ?

Il existe déjà une différence au niveau de la formation. Le podologue a eu un enseignement Bac plus 3, qui suppose un bagage théorique supérieur. En plus de pratiquer tous les soins, préventifs et thérapeutiques des affections des ongles et de la peau (cors, durillons, ongles incarnés, mycoses, affections diabétiques...), le podologue va tenter de déterminer la cause. Il assure également au patient la stérilisation des instruments. En outre, un remboursement Inami est prévu chez le podologue, et non chez le pédicure, pour certains soins du pied diabétique, à partir d'un certain niveau de risque.

Quelles sont les principales affections que vous soignez tout au long de l'année ?

Nous traitons beaucoup de personnes âgées qui présentent des déformations des orteils, mais aussi des patients qui ont des ongles incarnés, en particulier des adolescents, ou des affections qui sont en rapport avec certaines maladies chroniques (diabète, atteintes vasculaires ou neurologiques). Nous voyons également des sportifs qui présentent des problèmes de mycoses. Enfin, il y a tout le public qui se dirige chez nous pour les semelles, dont certains n'ont pas trouvé de solution satisfaisante avec les semelles orthopédiques. Pour décharger les zones douloureuses, par exemple, nous proposons des semelles de décharge avec des concavités de manière à ce qu'il n'y ait plus de points d'appui à ces endroits douloureux.

De façon générale, quels conseils de prévention peut-on donner ?

Pour les personnes diabétiques, par exemple, présentant une insensibilité, il est évidemment important de faire une inspection régulière des pieds. De façon plus générale, on conseillera de toujours couper les ongles de manière droite, et non arrondie; bien s'essuyer entre les orteils afin d'éviter le risque de mycoses; respecter la forme des pieds lors d'achat de chaussures; veiller à une hygiène correcte.

Pour ce qui est de la matière des chaussures, on conseillera de préférence le cuir car c'est la matière qui absorbe le mieux la transpiration. On préférera aussi des chaussures à lacets dans la mesure où cela permet un réglage adéquat. On conseille généralement un talon de 2 ou 3 cm pour les hommes et de 3 ou 4 cm pour les femmes.

Enfin, on privilégiera les chaussettes en coton, qui n'ont pas une couture trop importante au niveau des orteils et qui ne serrent pas trop au niveau des chevilles.

Quelles sont les erreurs le plus souvent commises ?

Une mauvaise coupe des ongles, un choix inadéquat de chaussures qui privilégie la mode plutôt que la forme du pied, et qui entraîne la formation de petits cors entre les orteils ou sur le dos de ceux-ci à cause de la pression. Les talons hauts entraînent plus d'appui au niveau de l'avant-pied et donc la formation de grosses plaques de callosité sous les têtes métacarpiennes.