Les fruits et légumes et le sport, la meilleure prévention

Si les facteurs génétiques prédisposant au cancer colorectal sont à l'origine de 15 à 30 pc des cas, la plupart de ces cancers sont dus à des facteurs environnementaux. " Il est important en termes de prévention primaire de cerner les principaux facteurs modulant le risque de cancer colorectal, facteurs protecteurs et facteurs délétères" , explique le Dr Marc Polus, gastro-entérologue au CHU Sart Tilman, qui a fait le point sur l'état actuel des connaissances.

L. D.

Si les facteurs génétiques prédisposant au cancer colorectal sont à l'origine de 15 à 30 pc des cas, la plupart de ces cancers sont dus à des facteurs environnementaux. " Il est important en termes de prévention primaire de cerner les principaux facteurs modulant le risque de cancer colorectal, facteurs protecteurs et facteurs délétères" , explique le Dr Marc Polus, gastro-entérologue au CHU Sart Tilman, qui a fait le point sur l'état actuel des connaissances.

Ainsi, s'avère-t-il que 20 pc des cancers du côlon pourraient être évités grâce à une consommation adéquate de fruits et légumes, en l'occurrence au moins 400 g par jour. Il apparaît également qu'une activité physique régulière protège contre le cancer du colon. On conseille au moins une demi-heure de marche rapide par jour si l'activité physique professionnelle est faible ou modérée.

En ce qui concerne les fibres alimentaires, "aucune certitude n'est acquise sur le bénéfice des fibres dans la prévention du cancer colorectal , poursuit le Dr Polus, les recommandations porteront davantage sur la consommation d'aliments riches en fibres, que sur les fibres elles-mêmes. On recommande un apport de 20-25 g/j. On intégrera des céréales complètes, pain complet, légumes, riz complet et fruits ".

L'abus d'alcool en cause

S'agissant de la consommation d'alcool, au stade actuel, on parle d'une association "possible" avec le risque de cancer du colon et du rectum. Les consommateurs d'alcool buvant plus de 70 g/j (6 verres de vin ou 1,5l de bière/j) augmentent par 1,5 à 3 le risque de développer un cancer. L'apport d'alcool ne devrait pas dépasser l'équivalent de 20 g d'alcool pur (2 verres de vin de 10 cl ou 2 bières de 25 cl ou 6 cl d'alcool fort) par jour.

Au chapitre des facteurs délétères, figurent la surcharge pondérale et l'obésité. Un indice de masse corporelle (IMC = poids divisé par taille2) supérieur à 25 augmente le risque d'adénome et de cancer du colon. Une consommation importante de viande rouge et de charcuterie est également associée à une augmentation du risque de cancer colorectal. On privilégiera donc les viandes maigres, le poisson ou la volaille. Il s'agit aussi de réduire l'apport en graisses, et de remplacer les graisses animales par des graisses végétales riches en acides gras mono-insaturés (huile d'olive, d'arachide, tournesol, colza).

Rayon "idées fausses" : non, le four à micro-ondes, les additifs ou encore les édulcorants ne donnent pas le cancer. Pas plus que le vin, les produits bio, les suppléments en oligoéléments et en vitamines ne protègent du cancer.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...