Quand le corail sombre

Entre l’Indonésie, les Philippines, la Malaisie, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, les Iles Salomon et le Timor oriental existe une zone appelée le Triangle du corail.

Quand le corail sombre
©D.R.
B.F.

Entre l’Indonésie, les Philippines, la Malaisie, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, les Iles Salomon et le Timor oriental existe une zone appelée le Triangle du corail . Sur pas plus d’un pour cent de la surface de notre planète se regroupent ainsi 30 % de la totalité des récifs coralliens mondiaux, 76 % des coraux qui construisent les récifs et plus de 35 % des espèces de poissons de récifs.

En marge de la Conférence mondiale sur les océans organisée cette semaine à Manado, en Indonésie, le WWF tire la sonnette d’alarme : le Triangle ne passerait pas le siècle. Selon Ove Hoegh-Guldberg de l’université du Queensland, chef de la cellule d’experts à l’origine du rapport du WWF sur le Triangle des coraux, "si l’on ne ferme pas les robinets de la pollution, nos enfants verront détruits les trésors biologiques du Triangle des coraux au cours de ce siècle, alors que diminuera la capacité de régénération de l’environnement côtier à cause de la mauvaise gestion des ressources". Et d’ajouter : "La pauvreté augmentera, tandis que diminuera la sécurité alimentaire et des dizaines de millions de personnes devront abandonner leur habitat rural et côtier à cause du manque de nourriture et d’argent, finissant alors par affluer dans les villes de la région ou dans les pays voisins, comme l’Australie et la Nouvelle Zélande."

Les habitants du littoral ont un besoin crucial de ces récifs. Ils attirent énormément de touristes. Les récifs sont aussi une véritable nursery pour toute une faune. S’ils venaient à manquer, la pêche serait alors menacée. Sans les récifs, les algues envahiraient les fonds. Le courant marin ne serait plus freiné et les vagues détruiraient par érosion les côtes de la zone.

Les menaces sur le corail sont multiples : l’exploitation du calcaire des récifs pour la construction, pêche intensive ou à la dynamite, labourage par chalutage, prélèvement par les touristes ou pour la bijouterie... Les diverses pollutions modifient l’équilibre chimique de l’eau et peuvent mener à la prolifération de bactéries et microbes nocifs pour le corail. L’acidification des océans, quant à elle, s’attaque à son squelette calcaire. Sans compter que le récif est très sensible à la hausse des températures. L’impact de la disparition du corail serait un véritable désastre pour les 100 millions de personnes qui vivent des ressources marines.

Sur le même sujet