Deux éoliennes par village

Etre à la fois producteur et consommateur d’énergie, c’est le pari lancé par le mouvement des "éoliennes citoyennes". Un mouvement qui entend permettre aux citoyens de réduire leur facture énergétique en devenant copropriétaire d’une éolienne dans leur région.Vers notre dossier spécial Planète

Deux éoliennes par village
©Christophe Bortels
Grégoire Comhaire

Etre à la fois producteur et consommateur d’énergie, c’est le pari lancé par le mouvement des "éoliennes citoyennes". Un mouvement qui entend permettre aux citoyens de réduire leur facture énergétique en devenant copropriétaire d’une éolienne dans leur région.

Nous sommes à Mesnil l’Eglise, charmant hameau de l’entité de Houyet, situé à une encablure de la frontière française. C’est ici qu’en 2006, la première "éolienne-citoyenne" de Wallonie a vu le jour. Une éolienne, que l’on aperçoit sur la crête qui surplombe le hameau, et dont les 800 kw fournissent aujourd’hui l’énergie nécessaire à 350 ménages durant toute l’année. "C’est l’Eolienne des enfants" explique Jean-François Mitsch, de la coopérative "Emissions zéro". Les propriétaires sont en effet 845 enfants de la région, qui en mettant en commun leurs économies, ont permis à ce projet de voir le jour. L’année suivante, l’éolienne des enfants était rejointe par ses deux sœurs et quelques 500 coopérateurs supplémentaires qui ont voulu croire au projet en plaçant leurs économies dans le développement énergétique de leur région.

S’approprier le vent et l’énergie qu’il peut offrir, là est toute la clé de cette démarche. Au lieu de voir fleurir l’un après l’autre sous leurs fenêtres des parcs éoliens dont la production leur seront ensuite revendus à prix fort, les citoyens investissent ensemble dans des petites unités de production, capable de répondre à leurs propres besoins.

"La libéralisation du marché de l’électricité est un leurre" poursuit Jean-François Mitsch. "A la base il s’agissait d’augmenter la concurrence et donc de voir les prix baisser, or c’est tout à fait l’inverse qui s’est passé. Le prix de l’énergie n’a cessé d’augmenter." La libéralisation a ainsi créé, selon lui, deux types d’acteurs aux intérêts totalement divergents. "D’un côtés les producteurs, qui ont intérêt à toujours vendre plus pour toujours plus cher. De l’autre les consommateurs qui ont intérêt à consommer moins. Si l’on associe l’un et l’autre, on a un équilibre naturel qui s’installe."

L’investissement s’avère très rentable puisque les éoliennes d’"Emissions zéro" rapportent aujourd’hui chaque année entre 10 et 15 % de bénéfices à la coopérative. En Flandre, où la libéralisation du marché de l’énergie a commencé plus tôt qu’en Wallonie, la coopérative Ecopower fournit d’ailleurs déjà le courant à quelques 20 000 coopérateurs. Un courant 20 % moins cher que celui de tous les fournisseurs concurrents, indique Jean-François Mitsch.

Devenir fournisseur, tel est l’ultime étape de concrétisation du projet d’éoliennes citoyennes de "Emissions zéro". La coopérative espère ainsi obtenir une licence dès l’année prochaine. Mais pour l’heure, elle vient de lancer une nouvelle souscription publique de 10 000 parts, à 260 euros, pour la construction de quatre nouvelles éoliennes à Houyet. "Nous ne voulons pas faire la guerre aux industriels", explique Jean-François Mitsch. "Mais nous pensons que le développement de l’éolien en Belgique doit associer les citoyens dans le cadre de partenariats public-privé."

Du haut de la crête du Mesnil, au pied de l’Eolienne des enfants, on aperçoit l’épaisse fumée de la centrale nucléaire de Chooz qui s’en va rejoindre les nuages à l’horizon. "Ce sont deux modèles qui se font face, et devant lesquels la société a aujourd’hui le choix" commente Jean-François Mitsch. "Aujourd’hui, deux éoliennes par village suffiraient à produire toute l’électricité résidentielle wallonne, soit 15 % de la consommation globale."


SPE Luminus se lanceUne éolienne citoyenne a été inaugurée vendredi à Villers-le-Bouillet, dans un parc éolien de la société SPE-Luminus. Dans le cadre d’un partenariat public-privé, les citoyens de Wanze, et de Villers-le-Bouillet ont acquis les parts d’une des onze éoliennes, soit l’équivalent de la consommation de 1 400 ménages. "Je ne peux que saluer l’initiative de Luminus" a commenté non sans ironie Jean-François Mitsch de "Emissions zéro". "Maintenant qu’ils l’ont fait avec une, je ne peux que les encourager à le faire pour toutes leurs éoliennes !"