Masques : la demande s’envole

Le syndrome de la grippe A/H1N1 touche de plus en plus d’entreprises en Belgique. Elles passent commande, par milliers d’exemplaires, de masques de protection.

Masques : la demande s’envole
©AP
J.-C.M.

Le syndrome de la grippe A/H1N1 touche de plus en plus d’entreprises en Belgique. Elles passent commande, par milliers d’exemplaires, de masques de protection.

La responsable d’une société liégeoise spécialisée dans les équipements industriels nous confiait, jeudi, qu’elle devait faire face à une demande dépassant largement le cadre de sa clientèle habituelle. "En temps normal, nous fournissons des masques à toute une série d’entreprises dont les travailleurs sont amenés à travailler dans des milieux sensibles. Cela va de l’industrie chimique aux carrières en passant par la sidérurgie. Il s’agit de protéger le personnel contre l’émission de produits toxiques. Actuellement, nous sommes assaillis de demandes de sociétés moins exposées à ce type de risques mais qui veulent prémunir leurs membres contre les risques de contracter la grippe A/H1N1."

Deux exemples : la Compagnie liégeoise des eaux vient de passer commande à notre interlocutrice de 5 000 masques d’un coup alors qu’une société de Bruxelles a équipé de masques ses réparateurs de téléviseurs installés dans les hôpitaux.

La demande explose donc et cela se traduit par une hausse du prix du masque. "Nous sommes le représentant en Belgique des masques de la marque 3M. Celle-ci voit son carnet de commandes mondial rempli jusqu’au mois de mai 2010. Elle n’a pas augmenté ses prix (1,66 euros pièce pour un masque P2, suffisant pour protéger comme les miasmes de la grippe) mais de nombreux clients veulent des masques moins chers. Nous en importons de Chine. Leur prix est passé en quelques semaines de 57 centimes d’euros pièce à 77 centimes."

Une belle illustration de la loi de l’offre et de la demande.