Grippe H1N1: Vers une réduction de la commande de vaccin

Le gouvernement et l'entreprise pharmaceutique GSK discutent depuis plusieurs jours, en toute discrétion, de la possibilité d'aboutir à un pourcentage de réduction de la commande du vaccin H1N1. Notre dossier grippe A/H1N1

Grippe H1N1: Vers une réduction de la commande de vaccin
©AFP Internet
Belga

Le gouvernement et l'entreprise pharmaceutique GSK discutent depuis plusieurs jours, en toute discrétion, de la possibilité d'aboutir à un pourcentage de réduction de la commande du vaccin H1N1, a-t-on appris vendredi de sources concordantes. Ces discussions pourraient aboutir prochainement.

Il apparaît depuis plusieurs semaines que le virus de la grippe H1N1 ne semble pas aussi mordant qu'annoncé par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) lors du déclenchement de la pandémie. "On est en train de trouver une solution correcte pour toutes les parties en tenant compte des circonstances exceptionnelles", a indiqué vendredi à l'agence BELGA Julien Brabants, directeur exécutif de GSK Benelux. "Tenant compte de la situation sur le terrain, il convient de chercher une solution acceptable pour tous, sachant que nous avons lancé nos lignes de production", a-t-il précisé.

"Les discussions se déroulent de façon constructive", a pour sa part indiqué la ministre des Affaires sociales et de la Santé Laurette Onkelinx, interrogée par l'agence BELGA. La ministre est d'avis que ces discussions pourraient aboutir à bref délai, un son de cloche partagé par GSK. Si la Belgique semble moins à la corde que d'autres pays en raison du fait qu'elle a opté pour un vaccin en deux composantes (adjuvant et antigène) avec une possibilité de réassortiment aux mêmes conditions en cas d'évolution sanitaire négative future, il n'en demeure pas moins que "la commande actuelle est supérieure aux besoins", constate Laurette Onkelinx. La ministre avait rappelé mardi en Commission de la Chambre que les adjuvants sont utilisables pendant cinq ans alors que les antigènes, s'ils ne sont pas réutilisables, entraîneraient, dans le pire des cas, une perte de 15% du coût des vaccins non utilisés, soit au maximum 9 millions d'euros.

Sans que l'on connaisse le détail des discussions en cours avec GSK, il apparaît que le gouvernement espère obtenir un pourcentage de réduction de la commande sans contrepartie ce qui entraînerait un impact budgétaire favorable. En Belgique, la grippe H1N1 est passée sous le seuil épidémique, depuis la mi-décembre. Quelque 400.000 Belges auraient été contaminés, dont une moitié sans symptômes apparents. Un million et demi de patients à risque auraient été vaccinés. Le pays se retrouve avec un surplus de 8 millions de doses de vaccin commandées à la firme GSK, mais pas encore produites.