David Wineland et Serge Haroche, prix Nobel de physique

Pas de Nobel de physique pour le Belge François Englert cette année. Le prix a été décerné au Français Serge Haroche et à l'Américain David J.Wineland pour leurs travaux en physique quantique, a annoncé mardi le comité Nobel.

David Wineland et Serge Haroche, prix Nobel de physique
©AFP

Le prix Nobel de Physique 2012 a été décerné au Français Serge Haroche et à l'Américain David J.Wineland pour leurs travaux en physique quantique, a annoncé mardi le comité Nobel.

Le jury les récompense pour "leurs méthodes expérimentales novatrices qui permettent la mesure et la manipulation des sytèmes quantiques individuels". "Les lauréats ont ouvert la voie d'une nouvelle ère d'expérimentation dans la physique quantique en démontrant l'observation directe de particules quantiques individuelles sans les détruire", précise le communiqué de l'Académie royale des Sciences de Suède.

Serge Haroche, 68 ans, avec son collègue de l'Ecole normale supérieure (ENS) Jean-Michel Raimond, a en 2008 réussi à observer le passage du quantique à la physique classique sur un petit paquet de photons, des grains de lumière. Pour cette expérience, ils ont utilisé un dispositif (une cavité tapissée de miroirs), capable de piéger pendant très longtemps des photons, ainsi qu'une méthode d'observation des photons qui ne les perturbe que très peu.

Ils ont ainsi pu observer le passage des photons d'un état atypique du monde quantique à un état correspondant parfaitement à la physique classique, un phénomène appelé "décohérence" qui s'est déroulé sous leurs yeux.

Comme Serge Haroche, David Wineland, né en 1944, a travaillé dans le domaine de l'optique quantique, "étudiant l'intéraction fondamentale entre la lumière et la matière", selon le comité Nobel

Le Roi recevra le Belge François Englert

Le Roi recevra, malgré tout, en audience le mercredi 17 octobre François Englert qui, avec son collègue feu le Pr Robert Brout, postulait dès juin 1964 l’existence d’une particule élémentaire, conférant une masse à certains constituants de la matière, le "Boson de Brout-Englert-Higgs" (boson BEH), qui constitue une clé de voûte du modèle standard de la physique des particules.

Serge Haroche se dit "abasourdi"

Le Français Serge Haroche, récompensé mardi par le prix Nobel de physique, a déclaré sur RTL qu'il avait été "abasourdi" en apprenant la nouvelle.

"J'ai été très surpris, je suis complètement abasourdi par ce qui m'arrive", a-t-il déclaré. "Je ne m'y attendais pas vraiment, enfin je savais que c'était une possibilité."

"Je l'ai appris par un coup de téléphone de Suède. J'étais dans la rue, j'ai dû m'asseoir pour digérer la nouvelle", a-t-il ajouté, en précisant qu'il avait été informé "un quart d'heure, vingt minutes avant l'annonce officielle".

François Hollande, lors de son discours de conclusion de la concertation sur l'école, a félicité pour sa part Serge Haroche. "Quelle immense fierté pour un maître ou un enseignant que de savoir que l'un de ses élèves a pu devenir prix Nobel de physique? C'est le cas aujourd'hui pour Serge Haroche", a-t-il déclaré.

L'ULB félicite les lauréats Serge Haroche et David Wineland

L'Université libre de Bruxelles félicite Serge Haroche et David Wineland, qui ont été récompensés par le Prix Nobel de Physique mercredi, a-t-elle fait savoir dans un communiqué. Ce n'est toutefois pas sans déception, dans la mesure où le professeur François Englert, de l'ULB, était cité parmi les favoris pour remporter le Nobel pour ses travaux fondamentaux, indissociables de ceux de Robert Brout et de Peter Higgs, sur la physique des particules élémentaires relative au boson scalaire. A la suite de la découverte cet été au Cern (Organisation européenne pour la recherche nucléaire) d'un boson compatible à la particule de Brout-Englert-Higgs, théorisée il y a plus de 40 ans, plusieurs médias avaient émis l'hypothèse que le Nobel soit attribué cette année au Belge François Englert, de l'Université libre de Bruxelles, et au Britannique Peter Higgs, de l'Université d'Edimbourg.

Avec le défunt Robert Brout (ULB également), François Englert et Peter Higgs avaient prédit l'existence d'un boson scalaire, c'est-à-dire d'une particule (en l'occurrence, celle de Brout-Englert-Higgs) tout à fait essentielle pour valider le processus d'acquisition de la masse des particules. Une découverte qui est considérée comme décisive dans la compréhension de la formation de l'univers.

Cela étant, "les progrès et défis en physique sont passionnants et nombreux, comme en atteste la recherche de Serge Haroche et David Winelan sur les interactions entre la lumière et la matière", indique l'ULB. L'université bruxelloise ajoute que "la nature du boson découvert cet été ne sera précisée que d'ici le printemps 2013".

Sur le même sujet