Un spray pour aider les femmes à atteindre l'orgasme

De nombreuses femmes ont des difficultés à atteindre le 7e ciel. Après la célébrissime pilule bleue venant à bout des problèmes érectiles, les scientifiques seraient sur le point d’aider les femmes à jouir plus facilement.

Un spray pour aider les femmes à atteindre l'orgasme
©Reporters
A.D.

De nombreuses femmes ont des difficultés à atteindre le 7e ciel. Après la célébrissime pilule bleue venant à bout des problèmes érectiles, les scientifiques seraient sur le point d’aider les femmes à jouir plus facilement. Sous la forme d’un spray nasal, le médicament nommé Tefina doit être injecté dans les narines deux heures avant le rapport sexuel et agit sur une période de six heures.

Ce traitement est développé par la compagnie canadienne Trimel Pharmaceuticals et la recherche est faite par des scientifiques de l’Université Case Western Reserve aux Etats-Unis et de l’Université Monash en Australie.

Ce spray est à base de testostérone. Il stimulerait le désir sexuel en activant les centres cérébraux et en augmentant le flux de sang vers les organes sexuels féminins.

Selon les chercheurs, Tefina ne présenterait pas d’effets secondaires majeurs tels que l’acné, une augmentation de la pilosité corporelle, etc.

Certaines voix s’élèvent contre la création et la commercialisation de ce genre de produit. Selon certains experts, celles-ci seraient uniquement motivées par un souci de rentabilité économique. Les laboratoires pharmaceutiques veulent surfer sur la vague de succès et de profit initiée par la vente du Viagra. Ce dernier rapporte deux milliards de dollars chaque année.

Selon d’autres, ce médicament est la seule planche de salut pour les femmes ayant des problèmes d’orgasme. “Les médecins ont peu à offrir aux femmes qui subissent l’anorgasmie. Cela pourrait être une étude révolutionnaire pour les femmes qui sont actuellement frustrées par le manque de toute option de traitement”, explique Susan Davis, professeur à l’Université Monash en Australie.

En tout état de cause, ce sera à chaque femme de décider si elle souhaite prendre ce traitement.

Suivez l'actualité de LaLibre.be sur nos comptes Twitter et Facebook. Et téléchargez gratuitement nos applications pour iPhone , iPad et Android, où vous pourrez également télécharger l'édition du jour.


Sur le même sujet