Et si votre voiture pouvait détecter vos émotions?

Si vos paupières commencent à devenir lourdes, votre véhicule pourrait, de son propre chef, décider d'augmenter l'éclairage ou le volume de la musique afin de réduire les risques d'accident. De la science-fiction? Plus pour longtemps...

Et si votre voiture pouvait détecter vos émotions?
©REPORTERS
J.F.

L'agressivité au volant peut, dans certains cas, être la cause d'accidents de la route. Tout comme un état de fatigue extrême. Pour remédier à cela, l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) et le constructeur automobile PSA Peugeot Citroën sont en train de mettre au point une voiture « intelligente ». A terme, elle serait en effet capable de détecter l'état émotionnel du conducteur pour ainsi tenter de diminuer les risques d'accident. S'il est en colère, une musique douce pourrait par exemple être lancée. De même, une sonnerie aiguë ou un éclairage plus vif pourraient réveiller les automobilistes fatigués. 


Cette technologie innovante se base sur un procédé assez simple. Une caméra infrarouge couplée à un éclairage Led sont installés derrière le volant et filment le chauffeur en permanence. Les images sont ensuite analysées par un algorithme qui compare des points du visage du conducteur à des modèles de référence pour en extraire les similitudes et détecter l'état d'esprit dans lequel il se trouve. Des sourcils froncés sont ainsi associés à un état de colère tandis que des paupières mi-closes laissent présager un assoupissement passager.

Pour l'instant, seule la colère et le dégoût sont au point. Dans 85% des cas, ces deux émotions ont été correctement détectées. Jean-Philippe Thiran, directeur du laboratoire de traitement des signaux 5 de l'EPFL explique à Futura Sciences que « la principale difficulté réside dans le fait que l'expression de l'émotion est très variable en fonction des individus ». Mais pas seulement. Le système doit aussi pouvoir fonctionner lorsque le conducteur tourne la tête.

Si les chercheurs accentuent leurs efforts dans la détection des émotions, ils souhaitent également pouvoir analyser le mouvement des lèvres pour faire de la reconnaissance vocale. « Sur le long terme, dans un contexte de véhicules semi-autonomes, il sera de plus en plus primordial que la voiture ait connaissance de l'état émotionnel du conducteur afin de répartir correctement les tâches qui doivent être gérées automatiquement et celles qui peuvent être transférées à l'automobiliste », ajoute Jean-Philippe Thiran.

Cela peut sembler encore lointain, pourtant, techniquement, les constructeurs pourraient introduire des éléments de cette technologie dans certains modèles d'ici un ou deux ans.


Sur le même sujet