Bébé né d'une mère avec un utérus greffé: "une étape" comme celle de "la greffe du coeur"

Une Suédoise de 36 ans est devenue la première femme au monde à donner naissance à un enfant à partir d'un utérus transplanté, a annoncé samedi la revue médicale britannique The Lancet. Le professeur René Frydman, père scientifique du premier bébé éprouvette français estime que cette première médicale "ouvre des perspectives, mais pose aussi des questions" éthiques.

AFP
Bébé né d'une mère avec un utérus greffé: "une étape" comme celle de "la greffe du coeur"
©AFP

Le professeur René Frydman, père scientifique du premier bébé éprouvette français, a salué samedi "avec enthousiasme" la naissance du bébé dont la mère a eu un utérus greffé, "une étape" comme celle de "la greffe du coeur pour les pathologies cardiaques".

"Je salue avec enthousiasme l'équipe de Mats Brännströmm (le professeur suédois à la tête de l'équipe ayant réalisé cette première mondiale) parce que c'est un long travail, des années d'étapes menées chez l'animal", a-t-il expliqué sur France Info.

"C'est incontestablement une étape comme la greffe du coeur pour les pathologies cardiaques", a-t-il poursuivi. "C'est la première fois qu'un enfant s'est développé dans l'utérus d'une autre dame porté par celle qui va être la mère de cet enfant et ça, c'est quand même chapeau".

Il a estimé qu'une "centaine de patientes pourraient être demandeuses en France" de cette technique.

Mais si cette première médicale "ouvre des perspectives, elle pose aussi des questions" éthiques, a-t-il noté.

Les donneuses pour la greffe d'utérus "peuvent être des donneuses vivantes, provenant de l'entourage (de la patiente) et ça mérite des précautions, ça mérite simplement qu'on y réfléchisse", a-t-il expliqué, posant notamment la question de la relation entre la mère, la donneuse et l'enfant.

"Ça mérite simplement qu'on ne considère pas qu'il suffit d'un claquement de doigt et de dire oui. Ça mérite une réflexion", a-t-il insisté.

Pour la première fois, une femme réussit à avoir un bébé grâce à un utérus greffé

Une Suédoise de 36 ans est devenue la première femme au monde à donner naissance à un enfant à partir d'un utérus transplanté, a annoncé samedi la revue médicale britannique The Lancet. Cette percée majeure dans la lutte contre l'infertilité a permis à cette femme d'accoucher en septembre d'un garçon en bonne santé pesant 1,775 kg, après 31 semaines de gestation, précise la revue.

La mère, dont l'identité n'a pas été révélée, était née sans utérus en raison d'une affection génétique. L'utérus transplanté provenait d'une femme de 61 ans, ménopausée depuis sept ans lorsqu'elle a été opérée.

La mère est sortie de l'hôpital trois jours après l'accouchement et le bébé a quitté l'unité néonatale dix jours après sa naissance. Tous les deux se portent bien, souligne la revue médicale.

Ce "succès est basé sur plus de dix ans de recherches intensives sur l'animal et d'entraînement chirurgical de notre équipe et il crée la possibilité de traiter bon nombre de jeunes femmes dans le monde qui souffrent d'infertilité utérine", explique dans la revue le professeur Mats Brännström, spécialiste de gynécologie obstétrique à l'université de Gothenburg, qui a conduit les recherches.

"De surcroît, nous avons démontré la faisabilité de la transplantation d'utérus d'une donneuse vivante, même lorsque cette dernière est ménopausée", note-t-il.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...